AU NOM DE MACKY SALL

AU NOM DE MACKY SALL

Du temps de Senghor et un peu sous le magistère de Abdou Diouf, les sénégalais se rendaient aux urnes la peur au ventre. Certains même pensaient que leur choix dans l’isoloir était connu du Président et qu’ils pouvaient après être victimes de représailles s’ils ne votaient pas pour le pouvoir en place.

Plus le cas maintenant !

Depuis 2000, les électeurs sénégalais vont aux urnes avec une option de vengeance fortement ancrée dans le cœur.

Ils y vont avec la rage dans l’âme pour voter contre ; Contre des dérives, des manques de considération, des absences, des frustrations etc. Ils n’ont toujours pas appris à voter « Pour ». Ils ne se soucient guère des programmes proposés ni du parcours des différents candidats.

Cette rage la plus part du temps n’est pas orientée vers le Président de la République mais vers des responsables de son parti, de sa coalition.

L’agent injustement limogé par un responsable votera « Contre », lui et les membres de cette grande famille à qui son salaire était destiné. Idem pour ces ami(e)s que vous ne prenez plus au téléphone juste parce que vous êtes devenu important ; Vous êtes maintenant dans la peau d’une personne que vous n’étiez pas il y’a juste six ou sept ans en arrière. « Lolou yagoul deh » !

Chaque fois qu’il y’a un frustré, au lieu de chercher à le faire revenir, vous lui cracher tout de go qu’il n’a qu’à partir d’autant plus qu’il ne pèse rien. Pourquoi diantre vous ne voulez pas comprendre que c’est la somme des poids plumes qui risque de faire mal et très mal.

L’on constate et c’est unanime que l’on va droit au mur en klaxonnant.

Macky Sall, cet homme que j’apercevais quand j’étais tout jeune ne mérite pas cela. Je peux jurer qu’on ne vous laissera pas le conduire vers sa perte sans rien faire comme d’autres l’ont fait avec Me Wade en 2012.

Des fois c’est à se cogner la tête contre le mur. Comment des évidences aussi simples arrivent à vous échapper. On dirait que « danguéne naane saafara diambour » !

Quand dans un groupe, vous cherchez à entendre seul les mots « Bravo » « Félicitations »…, vous vous engagez forcément dans des raids solitaires qui peuvent ne pas être efficaces, le plus souvent. L’égoïsme militant est la pire des choses en politique.

Aujourd’hui, ils sont nombreux à créer des mouvements de soutien. L’essentiel est que le nom choisi se termine par « réélection de Macky Sall » ou « 2019 au 1er tour ». L’arnaque dont a été victime Me Abdoulaye Wade en 2012 est remise au gout du jour.

Ils sont trop forts ces gens !

Il suffit juste de savoir trouver un nom qui colle à la réélection de Macky au 1er tour, organiser un lancement en grande pompe avec des « militants far feep », tenir une liste de « personnes fictives » et le tour est joué. Il restera maintenant à faire des pieds et des mains pour avoir une audience avec le Premier Ministre ou le Président himself. Ensuite et pour finir, il suffira d’occuper les médias et de répondre à Idrissa Seck ou Sonko de la manière la plus virulente.

Beaucoup de ces responsables de mouvements politiques sont dans le mercato préélectoral. Ils demanderont le moment venu des sous pour battre campagne avant d’aller se la couler douce et constater les dégâts. C’est bien ce que Me Wade a vécu en 2012. Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Pourquoi ne voulez-vous pas apprendre du passé ? Aucun responsable ne peut porter seul la victoire en 2019. Aucun ! Il vous faudra être solidaire à vos frères et sœurs de parti, et au-delà de la coalition.

Des fois j’ai mal quand j’entends certains d’entre vous parler des municipales. Gagner les élections locales dépend fortement de la couleur du Président élu. Qui gagne les présidentielles remporte les locales. Occupez-vous de la présidentielle « REKK » et  après pour le reste vous verrez. « Bala nga ni naam nééfa » !

Le Président Macky Sall mérite toute votre attention et sa réélection reste votre seule voix de salut. Il a réalisé pour certains d’entre vous les rêves les plus fous.

« Déssala toulene dara » comme on dit. Maintenant si vous pensez qu’il est le seul à devoir faire face à ce challenge alors vous vous trompez.

Vous vous comportez comme si le Sénégal change de Président en 2019, vous continuerez à occuper vos postes tranquillement et que vous ne serez nullement inquiétés. Lol ! Demander à ce responsable libéral qui en Mars 2012, grillant clope sur clope, accroupi la paume sous le menton ne cessait de répéter « Koone affaire bi dieekh na niii !!!! Noooon !!! Nooon !!! ».

Perdre le pouvoir est plus stressant pour un responsable que pour le Président sortant lui-même. La traversée du désert attend.

Le combat de la réélection de Macky Sall doit être le vôtre d’abord car vous serez les plus grands perdants si le contraire arrive à se passer. Allez-y avec vos tripes et laissez de cotés vos égos surdimensionnés.

Resserrez les rangs !

Inutile de vous dire que de l’autre côté les rangs sont en train de se resserrer. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, leur plus grand espoir sera de déclencher une vague de violence comme en 2011 que plus personne ne pourra arrêter.

Quand arrivera ce moment, les électeurs iront aux urnes avec la ferme intention de l’arrêter en votant « Contre ».

Encore une fois, donnez-vous la main et travaillez dans l’unité.

 

 

Ly Souleymane
Spécialiste en Communication
Spécialiste en Leadership transformationnel

776516505

julesly10@yahoo.fr

 

 

Categories: A LA UNE, OPINION
Tags: Macky, Sall

About Author