Rufisque : Une dame agressée et violée dans un …

Rufisque : Une dame agressée et violée dans un …

20 ans de travaux forcés. C’est la peine requise contre Pape Dabo, alias Pape Faye, 37 ans, jugé ce mardi devant la chambre criminelle de Dakar pour des faits de vols multiples, commis avec violence et de viol avec séquestration. Il sera fixé sur sort le 3 Avril prochain.

Réputé être un bandit de grand chemin pour avoir commis de multiples agressions et violé une sexagénaire en 2006. Pape Dabo, né en 1981, a récidivé le 26 février 2013 au préjudice de la dame M. C., domiciliée à Rufisque, suite à son séjour carcéral de 6 ans. 

Alors que celle-ci, rejoignait tranquillement vers les coups de 6 h du matin son lieu de travail le jour des faits. Elle a été tenue en respect par Pape Dabo qui la menacé avec un couteau avant de l’entraîner dans un bâtiment en construction.

Face à une résistance de sa victime, Pape Dabo lui assène un coup de couteau très violent sur la cuisse gauche avant de la plaquer au sol. Après avoir abusé d’elle sexuellement, il ouvre son sac et y dérobe son portable de marque Samsung, un billet de 1000 francs et sa carte d’identité nationale, avant de l’abandonner sur les lieux.

Ainsi, le lendemain de son agression, la dame M.C. Sagna a saisi d’une plainte les éléments du Commissariat de Rufisque. Et, l’enquête ouverte par les limiers a permis de savoir que, c’est le numéro 77 493 46.., identifié au nom de l’accusé qui émettait depuis le téléphone portable de la dame M. C. Sagna, suite à une réquisition faite au niveau de la Sonatel.

Une perquisition, effectuée dans le domicile de l’accusé, sis à Rufisque,  le 15 Mars de la même année par les agents enquêteurs avaient permis aussi, d’y retrouver la fiche d’abonnement dudit numéro, une arme blanche, le pantalon treillis qu’il avait l’habitude de porter lors de ses activités délictuelles.

Par la même occasion, les nommées Aïssatou Sow et Ndèye Maty Diop vont se présenter aux limiers comme étant des victimes de l’accusé. La première nommée, marchande de son état déclare qu’en  date du 24 décembre 2012, le mis en cause l’avait agressé vers les coups de 3 heures du matin aux alentours du marché de Castor, avant de la dépouiller de la somme de 15 mille francs.
Tandis que la seconde soutient que, c’est le 13 janvier 2013 que le mis en cause l’avait agressé avec un couteau, avant de lui intimer l’ordre de lui donner les 50 mille qu’elle détenait.

Entendu à son tour par les enquêteurs, Pape Dabo, marié et père d’un enfant botte en touche toute les accusations sans convaincre de sa bonne foi. Il déclare qu’il n’a jamais eu, à agresser des dames. Et, le numéro qui émettait depuis le portable de la victime lui appartenait certes. Mais, il l’avait perdu depuis un certain moment, suite à un vol de portable, dont il a été victime.

About Author