Dérèglement social

Dérèglement social
C’est à un véritable dérèglement social que l’on assiste. Et cela n’épargne personne. Politiciens, citoyen lambda, tout le monde est pris au piège de ce jeu pour le moins scabreux. Parce que beaucoup de nos politiciens soient des menteurs, as de la pirouette, voltigeurs ou transhumants, allant où se trouve leur intérêt, jusqu’à ravaler leurs propres vomissures. Pendant ce temps, le peuple s’encanaille. Des pères adoptifs tripotent et sautent leurs filles. Des mômes violées. Bref l’enfance est chaque jour souillée. De tout cela, tout le monde semble s’en f…. Jusqu’à ce qu’un professeur qui monnaye son savoir vienne y mettre son grain de sel philosophique. Ne pensez pas qu’il a trouvé la pierre philosophale. Loin de là. Son argument, bien que tiré par les cheveux, fait bondir de rage quelques féministes et goujats qui se prétendent défenseurs de bonnes dames qu’ils ne cessent de lorgner. Selon donc le principe philosophique du vieux sage, chroniqueur attiré d’une chaine de télévision locale, l’accoutrement de nos très « Katiapan » demoiselles ou, si l’on préfère, leurs généreuses formes qu’elles mettent bien en évidence, tout cela peut inciter les mâles au viol. Et le nécessaire self control? Mais la meilleure image de ce dérèglement social se lit à travers cette déclaration du Chef qui a annoncé pour bientôt la construction d’un nouveau palais présidentiel. Ne lui en voulez pas de ce gâchis financier. Son argumentaire se passe  de commentaire. Celui où il loge est un héritage colonial. S’il faudra brûler tout ce que le pays compte comme héritage colonial, il ne restera presque rien de ce pays. Mais puisque c’est la voie qui mène à l’émergence, et sans doute aux commissions dont regorge le secteur des Btp, bonjour le dérèglement.

Gawlo.net : Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author