Macky doit recadrer ses « boucliers » et encadrer leurs prises de parole !

Macky doit recadrer ses « boucliers » et encadrer leurs prises de parole !

Jugeant que le Sénégal traverse une crise tous azimuts imputable à la gestion calamiteuse du Président Macky Sall, le vice-président de Rewmi, Déthié Fall, a déclaré qu’« Idrissa Seck invite le chef de l’État à un débat public, dossiers entre les mains, pour revenir de façon détaillée et en profondeur sur la situation du pays ». Cette boutade, anodine et qui peut-être aurait pu être rangée dans la catégorie des déclarations utopiques, a fini par créer une véritable secousse tellurique dans la galaxie « Mackyenne ». Tels des cerbères lâchés, ils se sont jetés sur le président du Rewmi pour déverser toute leur rage. Et comme si vouer Idrissa Seck aux gémonies, c’est une redevance morale à l’endroit du président de la République, chacun y va sans aménités. Et l’un des tout premier à charger est le directeur de cabinet du Président, Oumar Youm, lequel martèle que «si Idrissa Seck veut débattre, il n’a qu’à débattre avec sa conscience. Nous savons que le meilleur record qu’il a obtenu est le détournement de plusieurs milliards de chantiers  de Thiès. Donc, il doit rester tranquille, car Macky Sall ne lui répondra pas, puisqu’il n’est pas à sa dimension… Idrissa Seck est en décroissance partout depuis 2012 et tous les résultats le montrent et démontrent aussi la médiocrité de cet homme. Nous n’avons pas son temps, c’est pourquoi il doit rester à sa place ».

Et ce fut au tour de Seydou Guèye de déclarer dans le journal l’Observateur que « la tournée d’Idrissa Seck à l’intérieur du pays n’est rien d’autre qu’une grande vadrouille. Que l’offre politique du président Macky Sall dans tout le pays dépasse de loin les divagations d’Idy qui est un politicien en perte de vitesse depuis plus d’une décennie ». Il conclut en disant : « L’expertise profane d’Idrissa Seck ne saurait résister aux compétences utiles du président Macky Sall… Avec tout le respect que je lui dois du fait de son rang, j’aurais été un psy, j’aurais fortement prescrit à Idrissa Seck une introspection… ». Et dans les rangs de l’APR, les réactions insolentes et diatribes virulentes contre Idy fusent de partout.

Et comme si cela ne suffisait pas, le patron de Rewmi revient à la charge en demandant au président de la République, dans une lettre ouverte de publier « les accords gaziers signés avec la Mauritanie puisque cela n’a rien de confidentiel ». Avant de finir sa missive, Idy a évoqué « l’affaire Pétrotim que le Président Sall a reconduit avec la complicité de l’alors ministre des Mines Aly Ngouille Ndiaye au lieu de l’annuler à cause d’irrégularités ». A la suite de ces propos, le président Macky Sall lui a répondu en déclarant que « c’est profondément ignorer le mode de fonctionnement des relations internationales que de demander à un chef d’État de publier les détails d’un accord entre deux pays ». 

Cette sortie a plongé les apéristes dans une véritable psychose qui a fini par se traduire en une véritable logorrhée calamiteuse. Ainsi la personne à abattre est Idrissa Seck. Sachant qu’il a mis le doigt sur la plaie de l’APR, Idy, en bon communicant, réitère ses propos en ces termes : «Monsieur le président de la République, ne fuyez surtout pas le débat sur cette question qui engage le présent et l’avenir de tous les Sénégalais. Ce que je vous demande c’est de publier le contenu de l’Accord que vous avez déjà signé dans le secret». Cette dernière sortie a incité le ministre du Tourisme à publier, par le biais d’une presse favorable au régime, des documents sur des comptes bancaires qu’Idrissa Seck détiendrait dans des banques étrangères.

Même Macky 2012 et des alliés du PS, par devoir, redevance ou coercition ont eux aussi contribué à la crucifixion du pontife de Rewmi.

Mais croyant jeter Idy sur un chemin de croix parsemée d’épines, les partisans de Macky Sall sont en train de lui dérouler un véritable tapis rouge où il s’y pavane avec aisance. Et voilà le visage hideux qu’offre l’APR, un parti sans structure. Non seulement la communication apérienne est aérienne, défaillante, mais elle est insolente et inadaptée aux sorties médiatiques très réfléchies du leader de Rewmi. Personne n’aurait accordé la moindre importance à ses sorties calculées si le camp d’en face n’avait pas perdu son sang-froid pour parer à son pilonnage médiatique. En l’espace de quelques semaines, la maladresse discursive de l’APR a remis en selle un leader politique que tout le monde pensaient avoir atteint le crépuscule de sa carrière politique. Idy s’est fait une cure de jouvence politique qui lui permet de dominer le terrain médiatique et de donner le tempo. Les vagues de sympathie dont il a bénéficié en quelques jours doivent inquiéter le président Sall et le pousser à adopter une stratégie plus opératoire pour endiguer cette adhésion croissante et populaire en faveur du Rewmiste en chef.

Pour cela, Macky Sall doit réorganiser ses troupes comparables à une armée mexicaine où la cacophonie prend le dessus, la communication organisée. Les gardes prétoriens du président ont transformé la scène politique sénégalaise en un terreau fertile de propos discourtois et d’accusations malveillantes ou malséantes. L’absence d’une formation et organisation au sein de l’APR fait que le débat nivelé vers le bas oblitère les réalisations concrètes du PSE. Aussi, la réplique appropriée des boucliers du Président doit-elle être bâtie sur un argumentaire bilanciel pertinent et non un débat aux ras de pâquerettes qui serait plutôt favorable à Idy, nouveau contempteur de Macky. Si ce professionnel de la communication qui a la manie et la magie de la parole les entraine sur ce terrain fangeux où tout profane qui y met pied glisse périlleusement, les défenseurs acharnés du chef de l’État doivent mettre en bandoulière le bilan du PSE où les réalisations visibles, matérielles qui sortent de terre constituent une source intarissable pour débattre sur des choses matérielles et non virtuelles. Comme l’a suggéré, avec pertinence, Cheikh Tidiane Bâ, le Dg des Impôts et Domaines, dans un entretien avec Icône magazine du mois de février. La magie de la parole, la toute-puissance des mots du leader de Rewmi ne suffisent pas en politique et ne doivent pas résister à l’obstination des réalisations présidentielles. Ainsi, il urge pour le Président Sall de recadrer ses troupes et d’encadrer leurs prises de paroles éparses. Sans quoi, les réalisations de son PSE qu’il doit brandir lors de la prochaine campagne présidentielle pour éviter un second tour à haut risque risquent de se noyer dans la masse de fumée de la communication stérile, impertinente et oiseuse de ses soi-disant boucliers.

 

 

Mark Senghor ( Gawlo.net )

Categories: A LA UNE, ONDE DE CHOC
Tags: ET, Idy, Macky

About Author