Miasmes


Portrait of a boy with the flag of Senegal painted on his face.

Dakar a été débarrassée de ses ordures à temps, avant l’arrivée des hôtes de la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation. Mais, d’autres effluves et miasmes, non moins putrides, ont été portés par la brise marine jusqu’au Centre Abdou Diouf, pour titiller les narines de la brochette de chefs d’État présents, pour l’occasion. Les échos du brouhaha socialo-judiciaire de ce vendredi sont certainement parvenus à ces hôtes de marque. Et même si ces activités sont l’empreinte de la vitalité démocratique du pays, les dénis qui leur ont été systématiquement opposés ternissent l’éclat d’une consécration loin d’être usurpée. Le rejet systémique des exceptions dans le procès Khalifa Sall, la dispersion de la manif des anti-francs-maçons, anti-homosexuels et de «France Dégage», l’interdiction faite à l’épouse de Assane Diouf de manifester pour la libération de son mari, sont autant de mauvaises odeurs qui ont empesté l’atmosphère. Et le vrai signe que les hôtes du Président Sall n’ont pas été dupes, c’est cet épisode de la visite du Président français Emmanuel Macron à ce Cem à Hann. Et là, quelle honte, avec ce subterfuge de l’effectif de la classe ramené à 28 depuis…3 jours.


Waa Ji
(Les Echos)

Previous Urgent : Macky, Macron et Rihanna se….
Next Waly Seck / Viviane Chedid : la bataille du 10 mars