Union africaine : les cinq enjeux du sommet d’Addis Abeba

Union africaine : les cinq enjeux du sommet d’Addis Abeba

Sous la présidence de Paul Kagame, l’organisation africaine entend accélérer sa réforme lors du sommet qui se tient en Éthiopie jusqu’au 29 janvier. Mais d’autres dossiers seront mis sur la table. Tour d’horizon des enjeux de ce 30e sommet de l’UA.

À partir d’aujourd’hui, les couloirs de l’Union africaine (UA) vont reprendre leur agitation habituelle. Les ministres des Affaires étrangères ont déjà commencé à affluer dans l’enceinte africaine, à Addis Abeba, pour préparer les décisions des chefs d’État, qui se réuniront les 28 et 29 janvier. Cette année encore, l’Afrique a changé après le départ de certains présidents qu’on disait inamovibles. Voici les cinq temps forts qui devraient marquer ce 30e sommet.

• Trois réformes

On en parle depuis un an et demi (quatre sommets avec celui-ci), mais cette réforme de l’Union africaine (UA) ne sera pas, comme d’autres sujets, un serpent de mer. C’est en tout cas ce qu’entend démontrer Paul Kagame, le président rwandais, qui prendra le relais du président guinéen Alpha Condé à la tête de l’UA à l’issue de ce sommet.

Concocté par un comité mis en place en juillet 2016, composé notamment de l’ancien patron de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, de l’économiste camerounais Acha Leke ou encore de Carlos Lopes, l’ancien secrétaire général de la commission économique pour l’Afrique des Nations unies, la réforme comprend trois points principaux :

La rationalisation du champ d’action de l’UA : paix et sécurité, affaires politiques, intégration économique, les moyens pour l’Afrique de faire entendre sa voix sur la scène internationale.

Le réajustement des institutions, en améliorant la division des tâches entre l’UA, les organisations et les institutions régionales. Il pourrait comprendre aussi la suppression d’un sommet annuel sur les deux aujourd’hui organisés.

• L’autofinancement de l’UA à travers une taxe de 0,2% sur les importations « éligibles », qui ne sont pas soumises aux règles de l’OMC.

• Passage de relais Condé-Kagame

Categories: Afrique, INTERNATIONAL

About Author