EDITO : LA CASAMANCE ET NOUS !

EDITO : LA CASAMANCE ET NOUS !

Jusqu’ici, sur les opérations en cours en Casamance, on use que du conditionnel. Loin du théâtre des opérations pour «  une guerre  »  qui se passe dans notre pays.  Une des pratiques si chère à la presse  sénégalaise, voire africaine, aux moyens très limités. Les confrères qui affrontaient la forêt   touffue de la région sud du pays, n’étant plus en activité. On laisse ainsi à de soit- disant experts se prononcer sur des questions qu’ils sont loin de maitriser. Face à la situation qui prévaut actuellement en Casamance, il  serait suicidaire pour l’Etat  de la régler par les armes.  Le feu pouvant embraser toute la région naturelle de la Casamance. Plutôt qu’un langage va – t- en guerre, il serait plutôt de bon ton d’y aller par le dialogue. Déjà  que des voix s’élèvent pour condamner l’option des armes. C’est le cri du cœur des fils et filles de la Casamance pour qui, chaque victime pourrait être une mère, une sœur, un père,  un oncle ou un frère.   Penser que la question de la Casamance pourrait se régler par les armes constitue une grosse connerie.  Y mener une guerre frontale, c’est ouvrir la boite de pandore. Plutôt que d’un discours guerrier, y  aller avec prudence et fermeté. C’est la voie de la résolution de cette  « Jacquetterie » pour parler, à l’époque,  comme Robert Sagna . Le Président Sall suivait la ligne qui mène à cette paix  d’où l’accalmie de  ces dernières années.  Il ne faut pas faire un faux pas et  tuer  cette volonté de tout régler par le dialogue qui doit être permanent et sincère des deux côtés. Et puis, on ne peut pas faire la guerre à ses propres frères !

M. S.

Categories: BLOG MADIOR SALLA

About Author