DIALOGUES

DIALOGUES
Il y a de ces images que l’on ressent en nous-mêmes et qui dissipent des malentendus et sous-tendus. Celle où l’on voit le Khalife général des Tidianes dans le salon de son homologues Mourides à qui il est venu présenter ses condoléances, est annonciatrice de signes d’espérances pour la communauté musulmane de ce pays souvent si divisée et aux décisions si chahutées. A son départ de Tivaouane pour Touba, le Khalife des Tidianes, Serigne Mbaye Sy Mansour, a posé un acte de portée historique. Ceci, après avoir envoyé son porte-parole dans la ville sainte pour présenter les condoléances de sa communauté. Deux dignitaires, chacun sollicitant la prière de l’autre et qui prient pour la cohésion sociale. Plus qu’une image carte postale, c’est celle qui doit servir de référent à nos hommes politiques dont l’on se demande souvent s’ils luttent pour l’amour qu’ils ont de ce pays ou pour leurs intérêts bassement égoïstes. Tout y passe ! Positionnement pour toujours être près du pouvoir, calculs individualistes, transhumance ignoble et éhontée, règlements de comptes comme avec l’affaire Khalifa Sall, fausses querelles. Bref, chacun cherchant à « tuer » l’autre pour se rapprocher du Sommet et se servir plutôt que de servir le peuple. Et en ce temps où des événements douloureux se succèdent, où des entreprises ferment leurs portes, mettant dans la rue des pères et mères de famille, en ces temps d’incertitudes donc, le Chef doit se reprendre, être plus proche de son peuple. Le temps du social, c’est aussi panser les blessures qu’il a ouvertes et qui sont béantes. Les soigner avant l’infection ! C’est le sens du dialogue qui doit être politique, économique et social.

Kaccor Bi ( Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE
Tags: DIALOGUES

About Author