CARNAGE DE BOFFA : FAUT – IL ENTENDRE ATEPA ?

CARNAGE DE BOFFA : FAUT – IL ENTENDRE  ATEPA ?

Le Sénégal est assurément un pays à part ! Après le carnage  qui s’est produit  dans la forêt de Bofa à Ziguinchor où  14 jeunes ont été sauvagement tués, les langues ont commencé à se délier. Les militaires qui sont au front, cherchant les criminels de ces actes pour le moins barbares,   adoptent une position de prudence. Alors que l’opinion pointait  du  doigt vers les rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance ( MFDC) qui a vite fait de se disculper. Pendant donc que l’on est  à la recherche de ces voyous, il s’est trouvé un homme qui dit connaitre les commanditaires  de ce massacre.  Et depuis lors, c’est comme s’il n’avait rien dit. En effet, voilà qu’une personnalité  qui n’est pas n’importe qui dans ce pays, soutient qu’il connait les commanditaires de cet acte crapule et qui continue de vaquer à ses occupations sans que personne ne daigne l’entendre pour la manifestation de la vérité. Une position des autorités qui est pour le moins incompréhensible voire suspecte. Sous d’autres cieux, pour moins que ça,  les auteurs de tels propos font souvent face au  Procureur. Mais c’est comme si les propos du célèbre architecte Pierre Goudiaby n’était qu’une digression. Et pourtant, l’homme qui est au cœur des pourparlers depuis plus de 10 ans  pour une paix définitive, ayant accès  aux rebelles, n’est pas du genre à parler  dans le vent. Si M. Goudiaby a tenu à faire face à la presse afin que  ses propos sortent du domaine privé pour atteindre le public, c’est certainement parce qu’il en sait quelque chose. Pour la manifestation de la vérité et permettre à l’Armée de faire proprement son job,  ne serait- il  pas opportun d’entendre l’architecte. En effet, en prenant l’opinion à témoin, M. Goudiaby  fait également un appel du pied à l’État afin que sa sécurité soit garantie après avoir dit ce qu’il sait  des commanditaires. En tout  cas, quelle que soit  la position de l’État, les propos de l’architecte  pourraient  également être une menace  pour lui. Surtout si l’on sait que  les autorités n’ont pas affaire avec des enfants de chœurs.  Car ces gens tuent  sans état  d’âme !   Alors, ne  faudrait-il  pas entendre l’architecte, dès  lors que tous les observateurs sont unanimes à dire que la vérité  sur ces  tueries  sortira du… bois.

M. S.

Tags: Atépa

About Author