Scandale : les franc-maçons utilisent le monument de la renaissance dans leurs supports de communication…

Scandale : les franc-maçons utilisent le monument de la renaissance dans leurs supports de communication…

Mais où va-t-on donc ? Jadis, les personnes membres de sectes maçonniques se cachaient et faisaient tout pour que ce secret ne soit pas découvert. Mais, ça, c’était avant. Aujourd’hui, la grande partie ne s’en cache plus et les activités se sont de manière naturelle. Toutefois, au Sénégal, où la franc-maçonnerie est inacceptable pour la quasi-totalité de la population, il est incompréhensible et inconcevable que les membres de sectes procèdent à un grand rassemblement sur nos terres. Une information visiblement bien verrouillée, malgré la circulation sur la toile de Flyers visant à informer de ce « grand rendez-vous » qui n’est autre que la Rencontre humaniste fraternelle Africaine et Malgache (Rehfram). GALSEN221 vous propose d’en savoir davantage sur ce fait scandaleux.

Qu’est-ce que Rehfram ?

Prévu à Dakar dans la capitale Sénégalaise les 2 et 3 Février prochains sous le thème : « Franc-maçons et Franc-maçonnes d’Afrique et de Madagascar quel modèle de développement économique et social pour le progrès de nos sociétés : Libertés, Éducation, Gouvernance », les Rehfram sont définies comme étant « une occasion unique de réunir les réflexions qui sont conduites certes, sur l’avenir de l’Homme d’une manière générale mais plus précisément dans cette région du Monde où la maçonnerie régulière, celle “qui-ne-s’occupe-pas-de-politique”, est très implantée ». Les REHFRAM sont ouvertes à tous les francs-maçons, sœurs et frères apprentis, compagnons et maitres. « Elles, qui réunissent les principales obédiences maçonniques africaines sont organisées par la CPMAM, la Conférence des Puissances Maçonniques d’Afrique et de Madagascar, créée à Libreville en 1996 », peut-on notamment apprendre au sujet desdites rencontres.

Pourquoi le Sénégal ?

26ème du genre, ces rencontres vont donc se tenir à Dakar, après Douala en 2016 et Antananarivo en 2017. Il ne s’agit pas d’une première pour le Sénégal, bien au contraire. Après avoir effectué des recherches, GALSEN221 peut vous dire avec assurance que ces rencontres ont été organisé une première fois à Dakar en 1992. Les franc-maçons n’avancent donc pas en terrain inconnu et savent où ils mettent les pieds. Mieux, nous apprenons que le Comité d’Organisation prévoit d’enregistrer plus de 600 inscriptions. Difficile de croire qu’il y ait autant de membres dans un pays où tout le monde nie être lié à une quelconque secte maçonnique. Le choix de Dakar parait donc dès lors une évidence.

Pourquoi un tel silence à ce sujet ?

Les rencontres, qui se tiendront sur deux jours, auront lieu dans un très grand hôtel de la place. Si les préparatifs vont bon train, à Dakar, où sont attendus ces convives assez spéciaux, c’est le calme plat. Personne n’en parle. Quasiment d’ailleurs, personne n’est au courant. Pourtant, la promotion de l’événement est faite à l’extérieur du pays. Dans un pays où les valeurs religieuses sont prônées, où tout le monde se défend d’être franc-maçon, de tels événements ne devraient guère effleurer l’esprit de ses instigateurs. Malheureusement, tout le monde niera avoir été au courant de la tenue d’une telle chose. Comme bien souvent. Désormais, il s’agira de voir la posture de nos autorités, maintenant que l’affaire a été portée à la connaissance des populations qui n’accepterons assurément pas qu’une telle chose se produise sur la terre de Saints hommes comme Cheikh Ahmadou Bamba Khadim Rassoul, El Hadji Oumar Foutiyou Tall ou encore El Hadji Malick Sy.

Quoi qu’il en soit, nous espérons que des réactions viendront après cette dénonciation et que les Rencontres n’auront pas lieu à Dakar. Libre à eux de se réunir où ils veulent, mais en dehors du territoire sénégalais qui a vu passer un nombre important d’Hommes de Dieu et du Prophète Mohamed (PSL). Enfin, il serait intéressant de se demander « Pourquoi » ils ont choisi d’utiliser le monument de la renaissance à travers leurs supports de communication. Nous donnons notre langue au chat.

Categories: A LA UNE

About Author