Mondial 2018 : 20 accréditations pour la presse sportive sénégalaise

Mondial 2018 : 20 accréditations pour la presse sportive sénégalaise

Le Sénégal sera bien représenté lors du mondial 2018. En plus des joueurs, la presse a obtenu 20 accréditations pour la couverture du mondial de football qui s’ouvre en juin prochain en Russie.
L’Association Nationale de la Presse Sportive en conférence de presse, ce lundi, a expliqué la répartition de ces 20 accréditations.
« Nous avons droit à 20 accréditations dont 15 pour la presse écrite (site, quotidien, magazine) et 5 pour les reporters photographes. Ce n’est pas l’ANPS qui l’a décidé mais la FIFA. Un code ne peut pas être utilisé par deux journalistes, c’est pourquoi, nous avons défini un certain nombre de critères parce qu’il y a eu beaucoup de demandes comme vous pouvez l’imaginer. En 2002, nous avions le même quota, c’est pareil pour cette année. Mais, entre-temps, nous avons eu beaucoup d’organes de  presse qui ont été créés. Le premier critère, il faut d’abord que le reporter soit un journaliste sportif travaillant dans un organe de presse (magazine, quotidien,  site, freelens). Maintenant, il y a les reporters photographes. Avoir un compte dans l‘espace Media de la FIFA. Même si je donne un code à quelqu’un et s’il ne dispose pas d’un compte, dans l’espace Media  de la FIFA, il ne pourra pas avoir accès au formulaire pour pouvoir s’accréditer. Donc, obligatoirement, il faut que le journaliste nous présente son compte dans l’espace Media de la FIFA », a déclaré le président de l’ANPS, Mamadou Thiam .
Avant de poursuivre : « Compte tenu de la demande qui est assez réduite, nous ne pouvons pas donner deux accréditations à un organe de presse. C’est un code pour un organe de presse pour le moment. Il faut l’engagement écrit de l’administrateur ou du Directeur de la Publication, disant qu’il va mettre son reporter dans de bonnes conditions. Il y aura une caution d’1 million franc Cfa, qui n’est remboursable qu’en Russie. Nous avons pris ces dispositions parce que lors des précédentes éditions, nous nous sommes rendu compte que des journalistes ont désisté au dernier moment. Quand il y aura une autre compétition, la FIFA tiendra compte du nombre de journalistes qui ont pu se déplacer. Elle verra si le Sénégal a pu déplacer tous les 20 reporters. S’il y a par exemple deux qui partent, en 2022, on n’aura pas 20 si le Sénégal se qualifie. On pourrait avoir 18 codes. C’est comme ça que fonctionne la FIFA. A préciser qu’il faut minimum 5 millions pour la couverture de la compétition ».
L’Anps est chargée, via une commission d’effectuer l’arbitrage sur la base des dossiers déposés par les différents organes de presse en conformité avec les règles établis.

Les Echos

Categories: SPORT

About Author