CENTRALE ÉLECTRIQUE DE MALICOUNDA: MATELEC Group finance le projet à hauteur de 82 milliards

CENTRALE ÉLECTRIQUE DE MALICOUNDA: MATELEC Group finance le projet à hauteur de 82 milliards

Après la centrale électrique de Tobène et de Kounoune, MATELEC Group a lancé une nouvelle centrale électrique à Malicounda dans le département de Mbour. Cette centrale de 120 Mégawatts est entièrement financée par ledit groupe pour un montant de 82 milliards de francs Cfa, pour des travaux d’une durée de 2 ans.
Le contrat du projet d’achat de cette énergie a été signé, hier, entre le Directeur général d la Société nationale d’électricité du Sénégal (SENELEC) et la société MATELEC  qui a entièrement financé le projet. D’après Makhtar Cissé, avec ce projet, le Sénégal est en train de passer dans une autre ère qui est celle du gigawatt.
«Donc on est à plus de 1000 mégawatts de capacité installés avec toutes ces nouvelles centrales que nous avons pu mettre en place avec le soutien de l’État», a souligné le Directeur général de la SENELEC qui a précisé que le premier kilowatt heure versé dans le réseau de SENELEC est prévu début 2019. «Les opérateurs privés nous font confiance, car c’est le deuxième contrat que la SENELEC  signe avec des privés qui viennent avec leur financement supporter la totalité des investissements et signer avec nous pour nous vendre l’énergie qu’ils ont produite. Ils vont investir, et nous rendre l’énergie sur 20 ans, c’est-à-dire nous rétrocéder la centrale. Voici un peu le sens d’un contrat d’achat d’énergie qui vient conforter la production de la SENELEC et la politique énergétique de l’État du Sénégal», a-t-il expliqué.
De son côté, Samer Nasr, Directeur général de MATELEC, a affirmé que la particularité de cette centrale est qu’elle est encore plus efficace. Parce que, souligne-t-il, «elle consomme moins d’énergie et elle sera moins coûteuse pour SENELEC. Elle présente aussi une caractéristique importante, c’est-à-dire dès lors que le gaz sera disponible, cette centrale sera très rapidement convertible et ce qui fait qu’elle sera moins chère».


MAKHTAR CISSÉ, DG DE LA SENELEC

«L’électricité reste chère au Sénégal»

Sans faux fuyant, le Directeur général de la SENELEC a concédé, hier que le prix de l’électricité reste cher au Sénégal. Une situation que Makhtar Cissé espère inverser à l’horizon 2020, en misant sur le mix énergétique et surtout l’arrivée du gaz.

Le Directeur général de la Société nationale d’électricité du Sénégal (SENELEC) concède que le prix de l’électricité est cher au Sénégal. Il l’a reconnu, hier, en marge de la cérémonie de signature du contrat d’achat d’énergie de la centrale IPP de Malicounda, à Mbour.

«La baisse de l’électricité est effective. Si vous comparez votre facture du mois d’août de l’année dernière et celle de cette année, vous verrez qu’il y a bien une baisse de 10%. Si ce que je dis n’est pas vrai, vous n’avez qu’à amener vos factures, je vous rembourse et ce ne sera même pas la peine de faire une réclamation», a d’abord souligné Makhtar Cissé.

Ensuite, le DG de la SENELEC s’est appesanti sur la stratégie de son entreprise pour réduire les coûts. «Notre meilleure politique tarifaire est le développement  de notre mix énergétique que nous sommes en train de promouvoir. Et il y aura des centrales solaires et éoliennes qui vont arriver. Et certainement, nous l’espérons, en 2018, prendre un peu d’énergie hydro électrique de Manantali et de Samba Ngalou en Guinée. Et en 2020, avec l’arrivée du gaz, on pourra envisager une baisse sérieuse du prix de l’électricité», a-t-il dit.

Après cette projection, le Directeur général de la SENELEC a reconnu que «même si cette baisse (NDLR: celle de 10% en 2016) est effective, l’électricité reste chère au Sénégal. D’autant plus qu’il y a un déficit historique qu’il faut résorber». «Et pour ce faire, il y a une politique d’investissement important qu’il faut faire pour mieux asseoir notre mix», a-t-il confié.

Rassoul. Guèye

Categories: SENELEC QUOI DE NEUF

About Author