« Tout indiquait que ce dossier allait être renvoyé. Il n’était pas en état. Nous sommes pour la manifestation de la vérité. Et la vérité jaillira le 23 janvier prochain.

Nous n’avons pas peur d’entrer dans le fond des débats. Un dossier, c’est la forme et le fond. Sur la forme, nous avons des choses à dire et au moment opportun, nous soulèverons des exceptions. Et le tribunal tirera toutes les conséquences.

Je persiste et signe, il y aura bien des surprises dans cette affaire. Nous avons sollicité un délai de deux mois pour nous permettre de préparer utilement et sereinement notre défense. Et le tribunal a estimé que trois semaines suffisaient. Nous prenons acte de la date qui nous a été proposée.

Cependant, nous estimons que les droits de la défense doivent être respectés. C’est pourquoi dans cette affaire, nous estimons que le renvoi s’impose. Nous ne voulons pas que les droits de la défense soient arrimés à des intentions non déclarées. La précipitation et la célérité avec lesquelles le dossier est traité, ne nous rassure pas ».