ÉDITO : DU MANQUE DE VIGUEUR DANS LA PRESSE SÉNÉGALAISE !

ÉDITO : DU MANQUE DE VIGUEUR DANS LA PRESSE SÉNÉGALAISE !

Overview

Avec l’affaire dite Mimi Touré, relative à l’argent recouvré  dans le cadre de la traque aux biens supposés mal acquis, on peut facilement se faire une idée de l’indigence de la presse locale. Celle-ci, plutôt que de prendre l’ascenseur après le travail colossal des pionniers, semble marcher à reculons.  C’est en tout cas affligeant de voir une presse qui se dit libre et indépendante, incapable de mener des investigations pour la manifestation de la vérité, autre que celle du Gouvernement. Une presse pourtant connue, il y a plus de vingt ans à l’époque des quatre mousquetaires (Sud Hebdo, Walf, Témoin et le journal satirique, Cafard Libéré), plus aguerrie et en mesure de débusquer  une aiguille d’une tonne de foin. Et c’était à une époque où il était plus difficile de mener des investigations. Les  confrères étant armés   que de leur  bonne volonté et un engagement militant au service du peuple. Contrairement à notre époque où l’information circule à une vitesse… supersonique grâce à la révolution de l’internet. Malgré donc ces avancées technologiques, nous en sommes arrivés à faire preuve d’une grande paresse intellectuelle. Etant plus prompte à s’accrocher à des suspectes investigations venues d’ailleurs ou de corps étrangers du métier, plutôt que de mener nous –mêmes des enquêtes.  Tout récemment, l’ancien inspecteur des impôts devenu politicien avait égratigné  les confrères pour leur mollesse. Certains diront confort.  Surtout que ceux qui se disaient  journalistes investigateurs  sont aujourd’hui du côté du pouvoir.    Les autres…- surtout les jeunes- trop pressés de  se faire de l’argent. Et un nom aussi… Conséquence, la presse ne semble livrer à leurs lecteurs que du menu fretin  ou de l’accessoire.  Ce qui laisse penser que c’est une presse fast-food aux informations vite consommées et vite oubliées. Ceci est tellement vrai qu’à la lecture des « Unes » des différents périodiques de la place, on a l’impression qu’ils  tirent tous  dans la même direction. Une autre preuve de la paresse qui les habite.  Mais avec des lecteurs plus exigeants, il arrivera certainement l’heure où cette presse dont on ne doute pas du professionnalisme, sortira de ce cercle vicieux. Pour le moment, ça ronronne…

M. S.

About Author