ÉDITO : LE GLAS D’UNE SOCIÉTÉ !

ÉDITO : LE GLAS D’UNE SOCIÉTÉ !

A n’en point douter, la société  sénégalaise  est en pleine déliquescence, voire en phase de  putréfaction avancée.  L’argent facile,  qui règle les problèmes et qui vous relève à un certain statut, est passé  par là. On ne  suie plus pour l’avoir. Il est coutume de dire pompeusement, en regardant dans le blanc des yeux son vis à vis que «  dagnoukeuy lijanti » (L’argent se règle).Et il n’y a pas que la jeunesse dans cette course effrénée  du fric  qui vous fait « être » ou exister (c’est selon).  Ça se dit en wolof, « Tekki » pour  exister aux yeux des autres. C’est d’ailleurs ce qui explique cette quête d’ailleurs de jeunes  qui  sacrifient leur vie en mer, pendant que d’autres sont réduits en esclavage.   Bien sûr,  dans cette compétition  où chacun  veut exister, des adultes s’invitent  dans ce jeu pour le moins vicieux si l’on essaie de prendre des raccourcis.  C’est ce qui explique  le faux monnayage qui  a pris des  allures  alarmistes dans une société de « m’as – tu vuisme » ou « bling –bling » pour parler comme   les jeunes. D’ailleurs, ils sont les premiers  à en être victimes à l’instar du jeune rappeur Ngaka  qui fait les choux gras de la presse locale.  Vous n’avez rien remarqué ?  Après  l’arrestation du crooner Thione Seck, ces  messieurs et dames  qui vampirisent  les  soirées de nos stars, s’étaient faits  discrets pour ne pas attirer l’attention  du public sur leur subite richesse. Mais le temps  que   tout se  dissipe, les voilà qui reviennent en surface. La récente soirée du chanteur Alassane Mbaye en est un exemple. Et bizarrement, après cette soirée, aucune voix pour s’en désoler. Nous sommes ainsi devenus si blasés face à cette forme de gaspillage.  Pendant  que certains prennent ces raccourcis, d’autres plus téméraires  se  meuvent dans le cercle des gens  dits « d ’en haut ».  Pourquoi donc pensez vous aux personnes du genre de  l’élément particulier  Cheikh Gadiaga ? Lui son jeu consistait à faire chanter d’honnêtes citoyens. Et Dieu sait que cette race  d’individus pullule et mène discrètement leur jeu. Ce, contrairement au sieur Gadiaga qui a trop voulu se rapprocher du soleil tel Icare, jusqu’à se brûler les ailes. De malheureux, victimes d’une société où chacun veut prendre des raccourcis  pour exister. Mais ça se révèle être  souvent un jeu dangereux qui mène directement  en prison.

Categories: A LA UNE, MANSOUR POST

About Author