Enfin, des syndicalistes !

Enfin, des syndicalistes !
On pourra tout dire sur l’action des aiguilleurs du Ciel qui ont fermé l’espace aérien national du 14 au 15 décembre dernier, jetant une ombre épaisse sur l’éclat de l’inauguration à grand renfort de propagande de l’Aéroport international Blaise Diagne, Le Témoin, lui, leur tire bas son chapeau. Enfin, des syndicalistes, des vrais, dans ce pays ! Voilà donc des hommes, des vrais, qui, après avoir déposé un préavis de grève et fixé un ultimatum ont, à l’heure précise où expirait cet ultimatum, fermé l’espace aérien sénégalais. Ce sans trembler ni «yokh yokhi». Et malgré les gesticulations du ministère des Transports aériens et les menaces des autorités de l’Émergence qui immerge. On avait fini par croire qu’il n’y avait plus de défenseurs des travailleurs dans ce pays ! Entre ces leaders syndicaux qui pantouflent au Conseil économique, social et environnemental avec des salaires gros comme ça, leurs camarades qui siègent aux Conseils d’administration de l’Ipres et de la Caisse de sécurité sociale, voire au Haut conseil du dialogue social, les subventions discrètes que se partage tout ce monde, les pauvres travailleurs sont effectivement laissés à eux-mêmes. Les rares parmi eux qui revendiquent encore -les enseignants et les employés du secteur de la santé- sont à ce point esseulés sur le front de la lutte qu’ils n’osent guère rien entreprendre. Dans ce pays, il faut remonter aux deux dernières grèves générales du secteur des transports lancées par Alassane Ndoye -qui a par la suite transhumé au Pds avant de devenir député- pour voir de vraies actions de lutte syndicale. C’était du temps du défunt Père Madia Diop, aux premières années du pouvoir de Wade. Depuis lors, les dirigeants syndicaux cherchent l’enrichissement personnel. Et les travailleurs trinquent. Heureusement que les aiguilleurs du Ciel viennent de redorer avec éclat de blason bien terni d’un syndicalisme sénégalais dont on se demande s’il existe encore réellement. N’est-ce pas MM. Mademba Sock, Mody Guiro et Cheikh Diop?

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author