MOCHE

MOCHE
C’est moche quand on voit une certaine presse reprendre service à quelques jours du procès de Khalifa Sall. L’on pourrait se demander ce qui motive à remettre ces confrères le disque déjà entendu sur l’affaire Sall aux premières heures de son développement quand le juge entendait ses acteurs et qu’une certaines presse tentait d’enfoncer Khaf et sa bande. Ça ne vous rappelle rien? L’affaire Rimka? Vous y êtes ! La danse des loups a repris avec comme option de distiller dans l’esprit des gens la culpabilité des inculpés. Et après avoir tout tenté jusqu’à l’inculpation du maire de Dakar et compagnie, cette même presse aux ordres reprendra du service jusqu’à la fin du procès. Il ne faut surtout pas se méprendre sur ceux qui tirent les ficelles. S’il ne s’agissait que de la manifestation de la vérité, on ne prendrait pas toute cette peine pour «tuer» un homme. L’enjeu est plus mirifique que tout cela et ça va se confirmer les jours à venir. Que d’autres se mettent dans cette entreprise de diabolisation, on peut comprendre, mais que des professionnels des médias s’assoient allègrement sur les principes pour faire le sale boulot de connivence avec des «politichiens», ça nous parait trop moche. Déjà que l’affaire Khalifa Sall s’est internationalisée. C’est malheureux que l’on cite notre pays, jusqu’à le comparer à la Turquie où une centaine de maires kurdes sont derrière les barreaux depuis 2016. Ou au Venezuela où l’édile de Caracas a dû fuir son pays pour Madrid. Des pays connus pour la dictature qui y prévaut. Et cette annonce était faite dimanche à Paris où était célébrée la Journée internationale des droits de l’Homme. Des propos tenus par le maire-adjoint Patrick Klugman. Assurément, notre démocratie a terriblement dégringolé. Et dire que c’est un certain Macky Sall qui lui a porté l’estocade. Triste !

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author