FERMETURE DE L’AÉROPORT LÉOPOLD SEDAR SENGHOR ET OUVERTURE DE CELUI DE DIASS: Dans la galère des agents, des ADS, des gargotières, des taximen, des cambistes laissés en rade

FERMETURE DE L’AÉROPORT LÉOPOLD SEDAR SENGHOR ET OUVERTURE DE CELUI DE DIASS: Dans la galère des agents, des ADS, des gargotières, des taximen, des cambistes laissés en rade
Le bonheur des uns fait le malheur des autres… L’ouverture officielle hier de l’aéroport international de Diass a occasionné une grosse perte d’emplois à l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Yoff. Pour cause, tout le monde n’a pas eu la chance d’être transféré sur le site du nouvelle aéroport. Très nombreux ont été les travailleurs laissés en rade. Des travailleurs sur les visages desquels se lisaient le désarroi et la tristesse de rater le vol vers Diass. Laissés sur le tarmac de l’aéroport Senghor, ces ex-journaliers ou temporaires des ADS, taximen, gargotières, cambistes, porteurs, entre autres frustrés, ont tous la même inquiétude. Si chez les agents des ADS, le souhait est de retrouver le nouvel hub aérien en vue de continuer leur travail dans l’aviation civile,  d’autres, comme les cambistes, les gargotières, les taximen et même les assureurs, espèrent un espace qui sera réservé à leurs activités. Par ailleurs, ces «marginalisés» font porter le chapeau de leur infortune au chef de de L’État  Macky Sall qui, selon eux, au lieu de sauver des emplois, en supprime.

Le Témoin

Categories: POTINS D'ICONE

About Author