ENDETTEMENT

ENDETTEMENT

Ça semble agacer tout le monde. Notamment,le président de la République, le Premier ministre et l’argentier de l’État. Il suffit qu’on en parle pour que tout ce beau monde se fâche. Mais rien n’est plus beau que de concrétiser les rêves chimériques d’émergence du Président Sall. Cela dit, «l’Émergence» reste un mot qui ne se bouffe pas et qui ne veut dire rien du tout, même s’il est sur toutes les lèvres. C’est en tout cas la vision de très sérieux économistes qui se fichent de ces vocables sortis des laboratoires de «Toubabs» et que l’on sert si allégrement aux pauvres Nègres que nous sommes. Le mot qui fâche depuis quelques mois, c’est notre endettement. Pourtant, ça emprunte comme pas possible. Pour se justifier, on nous parle de projets à mettre en œuvre. Mais voilà, aussi nobles que soient ces projets, le peuple continue de tirer le diable par la queue. Et d’ailleurs, il y a des coins de notre pays où ce bon peuple ne voit même pas le diable pour lui tirer la queue. Il y a quelques mois, il ne fallait pas citer le mot pauvreté. Ça faisait monter sur leurs chevaux ces messieurs et dames du pouvoir qui semblent être les seuls à vivre peinards. Ce matin, il est fort à parier que, face aux députés à l’Assemblée nationale, les oreilles du Pm bourdonneront du mot endettement. Un sujet sur lequel seul FMI peut se prononcer sans recevoir des injures. Mais voilà, on peut espérer à un mieux vivre. Lors du Conseil présidentiel sur la revue annuelle conjointe au cours duquel la dette est longuement revenue dans les débats, nos ministres nous ont esquissé un avenir radieux. Ce même si la représentante du FMI, qui ne voulait pas les froisser, leur a fait savoir de façon fort diplomatique le mot qui fâche. Quant au grand oral du Pm, dommage que tout se limitera à des discours. Le peuple en a assez de belles paroles. Vaincre la pauvreté, c’est ce à quoi doit s’atteler le Gouvernement. C’est l’urgence de l’heure !

 

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author