NDEUP POLITIQUE

NDEUP POLITIQUE

Ce mardi, tôt le matin à l’heure où blanchit la campagne, tous les chemins mèneront à l’hôtel Ngor-Diarama. Il y est prévu un «Ndeup» politique qui prendra les contours d’un véritable «m’as-tu vuisme». Tout ce que le pays compte de chômeurs et dealers se disant «politichiens» se retrouveront dans le saint des saints où ils plastronneront durant toute une journée pour discuter du sexe des anges devant les caméras des télés. Ça se dit dialogue politique comme si la vie de la nation s’arrêtait au désidérata de cette classe de rapaces qui ne croient en rien du tout. Plutôt que d’œuvrer pour le bien du pays, ils cogitent sur comment s’enrichir rapidement sur le dos du peuple par des entourloupettes dignes des œuvres des prostituées. Car, il faut dire les choses comme elles sont. Ces messieurs et dames disent tous se préoccuper du sort du peuple, mais sont plus prompts à s’offrir au plus offrant pour leurs basses œuvres politiques que d’abréger les souffrances de leurs concitoyens. Des hommes que tout différencie qui se retrouvent dans un gouvernement de partage de butins. L’on pourrait se demander par quel jeu ils en sont arrivés là. Et déjà, c’est un dialogue qui perd de sa substance dès lors que l’opposition significative a décidé de boycotter ce Ndeup. Et plutôt que de faire dans la conciliation, le Chef fait dans son jeu favori. Il a envoyé les boycotteurs paître. Elle est belle la démocratie, chez nous !
Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author