COMPASSION

COMPASSION

On pourrait penser que tout le monde s’en fiche. Tant pis pour ces migrants qui ne peuvent même pas avoir de la compassion d’un peuple festif et jouissif. Pendant que dans chaque coin du monde des citoyens indignés manifestent contre la honte qui se joue en terre libyenne, chez nous c’est la grande indifférence. Tout le monde semble s’en foutre ! On attend toujours la réaction du Chef à l’instar du président nigérien Mouhamadou Issoufou qui a pris sur lui l’initiative d’un sommet UA-UE sur le sort des migrants en Libye. Bien entendu, chez nous, le ministre des Affaires étrangères s’est fendu d’un laconique communiqué sans vigueur pendant que le chargé de communication du Palais dit ses états d’âme sur la question. Tout cela est bien beau, mais on attend la voix de celui qu’on a élu pour nous protéger de certaines vicissitudes de la vie. Ce problème constitue une béante plaie purulente que seule la voix des chefs pourrait guérir. Depuis Paris, Youssou Ndour était à la manette pour son concert de Bercy que d’aucuns considèrent comme un exploit. En tout cas, c’est la vision de quelques opportunistes de l’Association des acteurs de l’Industrie Musicale amenée par un certain Zeynoul Sow qui lui préparent un accueil triomphal. Personne ne peut interdire au ministre-conseiller et musicien à ses heures perdues de faire son business. Mais lui et ses invités de Bercy auraient pu avoir un mot sur la situation de nos frères vendus comme des esclaves. Fort heureusement, pendant qu’il faisait sa fête, un autre frère, Claudy Siar, l’animateur de «Couleurs Tropicales» sur la Rfi, mobilisait à Paris pour marquer son indignation.

 

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author