« NAAJO » ET SES LOUPS

« NAAJO » ET SES LOUPS

Ses méthodes sont tellement connues qu’il n’a surpris personne. Moustapha Diop est sorti de sa coquille… vide. Mais comme toujours, il ne hurle jamais. Il laisse ses loups le faire à sa place. L’aurait-il voulu qu’il ne l’aurait même pas pu, pour des raisons évidentes. Il n’a ni les capacités ni la rigueur intellectuelle pour construire le moindre argumentaire. Le Président Macky Sall le sait. Le Premier ministre le sait. Ses collaborateurs le savent. Les correspondants des régions de Louga et Saint-Louis qui couvrent ses activités le vivent. Et bientôt, tous les Sénégalais en auront la preuve avec la commission des finances suivie des plénières. Les innombrables appels au secours n’y pourront rien. Moustapha Diop est notoirement carent. Même pour lire un discours écrit par ses collaborateurs, il éprouve beaucoup de peine. Et si le Président Sall ne prend pas des mesures immédiates, il paiera les pots qu’il n’a pas cassés.

Des stratégies pour sauver le soldat Moustapha Diop

Depuis son entrée dans le gouvernement en 2014, «Naajo» (surnom dont il est affublé depuis gamin) n’a jamais fait face à la presse et il n’a jamais accordé d’interview en français. A la fin des manifestations qu’il préside, il distribue son discours et disparaît. Le site «actusen» dirigé par Daouda Thiam a révélé qu’en mars dernier, «Naajo» devait animer une conférence de presse avec son homologue français, Martine Pinville. Sachant que les questions allaient être posées en français, Moustapha Diop a préféré se dérober et envoyer son directeur de Cabinet. Refus catégorique des Français. Conséquence: Cette conférence de presse a été purement et simplement annulée. Heureusement pour l’image du pays de Léopold Sédar Senghor et Oumar Sankharé. Si la conférence de presse avait été tenue, notre pays serait la risée du monde.

Déjà, des plans sont échafaudés en haut lieu pour ne pas l’exposer aux députés lors de la séance plénière. Mais la loi est claire: seul le ministre doit défendre le budget. Qu’il ne tombe pas malade entre temps… Il saura décrypter le message.

Jamais d’intervention en conseil des ministres de «Xalé xaaliss» devenu «Xalé boîte vocale»

C’est un de ses anciens collègues du gouvernement qui s’étonne. «Le papier de « Les Echos » m’a fait réfléchir. Nous avons siégé ensemble pendant longtemps au Conseil des ministres, mais jamais il n’a pris la parole. Pas la moindre intervention, malgré l’intérêt du débat», révèle-t-il. Un autre de ses collègues de confirmer: «Je ne l’ai jamais entendu prononcer trois phrases en conseil des ministres. Même quand le président de la République l’interpelle, ce qui est rare, il baragouine deux mots et c’est tout. C’est la même chose en réunion politique. Les rares fois qu’il prend la parole, c’est pour s’exprimer en Wolof». Un autre ministre de lui donner 1/20: «Une fois, il a pris la parole, mais il était tellement collé à ses feuilles qu’on avait de la peine à comprendre ce qu’il voulait dire».

Enregistrement…

Ex «boy» de Fada, anciennement appelé «Xalé xaalis» à cause de sa «gâchette facile», «Naajo» est devenu le nouveau «Xalé boîte vocale». «Il a beaucoup changé. On ne parvient même plus à le joindre au téléphone. Et partout où vous irez à Louga, vous entendrez la même rengaine», confie un de ses anciens amis.

A demain «Naajo», déjà objet de tous les sarcasmes et de toutes moqueries. Et puis, «silence ou enregistre». Et le jour où l’enregistrement sera diffusé, il provoquera des déflagrations jusqu’au sommet de l’État.

 

Cheikh Oumar Ndaw (Les Echos)

Categories: PORTRAIT

About Author