TOUT BAS

TOUT BAS
Le grand Magal de Touba, c’est le mercredi 8 novembre mais Dakar fait déjà son Magal. C’est peut-être le même visage que présentent les villes de l’intérieur du pays. L’étranger qui débarque pour la première fois dans notre pays pourrait penser que c’est la bombance en permanence qui y prévaut. Et que la famine dont on parle souvent en Afrique, n’existe pas dans ce charmant et beau pays des grandes contradictions. Pour Touba, rassurez-vous, ce sera la totale  avec une véritable orgie alimentaire, «berndel» oblige. Mais chut, dites-le tout bas ! Tous les chemins mènent à Touba. Le chef de l’État y prendra ses quartiers dès aujourd’hui. Et c’est une probabilité qu’il tombe nez à nez avec son père spirituel avec qui il est en bisbilles depuis l’incarcération du fils de ce dernier, élargi par le biais d’un protocole qui reste une nébuleuse pour l’écrasante majorité des Sénégalais. On parle des retrouvailles du Père et du Fils pour fumer le calumet de la paix dans la capitale du Mouridisme. Peut-être qu’après ce «Jaakarlo», le pays s’en portera mieux. On l’espère… Les ministres, Dg, députés, chefs de parti politique, syndicalistes, intrigants etc. y feront un détour pour ne pas hypothéquer leur chance de survie politique ou dans le monde des affaires. Tous les yeux et oreilles de la presse seront également braqués vers Touba. Le pays vivra au rythme de la ville sainte et partout ailleurs dans le pays, tout sera au ralenti durant plus d’une semaine. C’est un des charmes du pays. Bien sûr, l’économie du pays s’en portera mieux. Personne n’osera dire le contraire. En tout cas, personne ne dira que l’économie hoquette comme c’est souvent le cas avec nos deux Tabaski et Korité.

Kacoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author