Menace terroriste ou simple coïncidence: Les Forces de l’ordre sécurisent les Almadies

Menace terroriste ou simple coïncidence: Les Forces de l’ordre sécurisent les Almadies

iGFM – (Dakar) Menace terroriste ou simple coïncidence ! En tout cas, ce vendredi aux environs de 14 heures, lendemain de la révélation par l’Ambassade des Etats-Unis d’une réelle alerte sur une menace terroriste à Dakar, les Forces de l’ordre et de sécurité fouillent les Almadies.
Le constat sur le terrain par iGFM fait état d’une descente de la Gendarmerie et des Sapeurs pompiers pour « nettoyer » les lieux de toute personne suspecte.
Du rond-point jusqu’à la Pointe des Almadies, tous les coins et recoins sont passés au peigne fin.
Résultat des la descente, toutes les personnes indésirables sur les lieux sont sommées de débarrasser le plancher.
Le reporter d’iGFM a constaté sur place la présence de voitures des Sapeurs Pompiers. Ces derniers venus prendre les malades mentaux errants qui rodaient aux alentours de l’Ambassade des Etats-Unis à Dakar.

 

Menace Djihadiste très sérieuse – Le Sénégal renforce sa sécurité intérieure et aux frontières

GFM – (Dakar) «Le Sénégal fait face à une sérieuse menace djihadiste». L’information a été rendue publique par l’Ambassade des Etats-Unis au Sénégal, jeudi 19 octobre 2017, dans l’après-midi. D’Ores et déjà, toutes les mesures sont prises pour faire face à la nouvelle menace. Partout, c’est la vigilance totale.

Lutte contre le terrorisme

Depuis l’envahissement en mars 2013 du Nord Mali par des groupes armés, des mesures de sécurité ont été renforcées aussi bien au niveau des frontières avec des pays voisins, bref, au niveau des points sensibles du Nord au Sud, d’Ouest en Est. La capitale, Dakar n’est pas en reste. Dans les points stratégiques, des éléments de la Gendarmerie, sont jour comme de nuit sur le qui-vive.

Ce renforcement du dispositif sécuritaire selon des sources du Ministère de l’Intérieur se traduit par une intensification des patrouilles motorisées le long de la frontière avec le Mali et la Mauritanie, dont certaines sont des patrouilles conjointes avec des soldats de la Mauritanie et du Mali. A la «recherche permanente de renseignements» dans laquelle la police est aidée par la gendarmerie.

Contrôle et surveillance des frontières

Dans le cadre de ce contrôle et surveillance des frontières, le Sénégal et l’Union européenne ont inauguré de nouveaux poste-frontières en mai dernier. Il s’agit des postes frontières de Kidira et de Bakel.

Ces constructions sont exécutées dans le cadre du projet d’appui à la gestion des frontières financé par l’Union européenne (UE). Cette initiative vise à améliorer les capacités des services de l’État en charge, tels que la Police, la Gendarmerie, et les Douanes entre autres. Il s’est agi d’une part d’entraver les passages illicites de trafiquants, terroristes ou autres criminels et d’autre part pour faciliter les passages licites des riverains des communautés transfrontalières et des commerçants.

Cette inauguration intervient quelques mois après celle du nouveau poste-frontière de Dagana, de l’extension de celui de Diama et du réaménagement du poste-frontière de Rosso. Au total, ce sont donc 9 postes qui seront construits ou rénovés aux frontières avec la Mauritanie et le Mali dans les localités de Podor, Gourel Oumar Ly, Dembankané et Barkewy.

Doté d’un budget de près de 2 milliards FCFA, le projet d’appui à la gestion des frontières est mis en œuvre par l’Organisation Internationale pour les Migrations avec le concours d’experts français et espagnols. Il est coordonné par le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique du Sénégal, en partenariat avec la Primature, le Ministère des Forces Armées, le Ministère de l’Économie et des Finances et le Ministère de la Santé.

Sekou Dianko DIATTA

Categories: A LA UNE

About Author