POLITIK GALSEN

POLITIK GALSEN

Il fallait bien qu’on en arrive là, surtout que, ces derniers temps, ceux qui avaient déserté la maison du père se faisaient plus entreprenants, réclamant leur part de l’héritage. Il y a eu d’abord le turbulent garçon qui voulait être à la place du chef, jugé trop mou pour conduire ses troupes, surtout qu’il avait réussi à tuer toutes ambitions au sein du Parti qui se fait biberonner et qui n’est pas prêt à accepter de se faire sevrer. D’autres diront qu’il est dans la servitude. C’est tout comme. Le Secrétaire Exécutif National du Parti socialiste a donc pris l’option de mettre dehors les perturbateurs que sont: Khaf qui séjourne en prison, Barth, Me Aïssata Tall Sall et Bamba Fall. Il ne faut surtout pas que ces mauvais garçons contaminent les autres à moins de deux ans de la présidentielle pour laquelle le parti a déjà désigné son candidat qui n’est personne d’autre que l’actuel maitre du pays. On accuse ces messieurs d’avoir commis des actes de défiance notoire portant gravement atteinte à l’image, à l’unité et aux intérêts du parti. Chiche, alors ! Les intérêts du parti étant, bien sûr, de se faire biberonner par le parti au pouvoir, il fallait bien mettre ces perturbateurs à la porte. Et c’est bien fait pour leur gueule. Le Bureau politique, qui doit décider, ne se fera pas pris pour exclure les récalcitrants. Il ne faut pas en douter. Maintenant, il faudra que ceux qui ont décidé de rester, bouffent et se taisent. C’est désormais la ligne tracée au Ps. Le Père Léo doit être bien malheureux là où il se trouve.
Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author