PAS TROIS SANS DEUX

PAS TROIS SANS DEUX

Le 3e mandat, celui de trop, est agité comme un épouvantail sous les yeux du peuple, mais gare au retour de bâton. Macky Sall ayant vite pris goût au pouvoir suprême, est revenu sur sa promesse de réduire de sept à cinq ans son mandat. Sera-t-il assez téméraire pour mettre les habits de son prédécesseur Abdoulaye Wade et engager l’épreuve de force? La leçon du 23 juin 2011 n’aura donc servi à rien, mais la répétition sera forcément pédagogique. Et le peuple sénégalais est prêt à remettre le couvert. En tout cas, qu’il ait sa raison d’être ou pas, le débat est bien là, posé. Il va donc falloir le vider et le chef de l’État est aux premières loges. Néanmoins, comme il ne peut y avoir trois sans deux, procédons étape après étape. 2019, ce n’est pas 2024 et on ne peut en faire l’économie. Pour dire que le 2e mandat n’étant pas acquis d’avance, gloser sur le troisième, c’est faire des plans sur la comète. Surtout quand celui qui brigue ces dits mandats, quand bien même il ne travaille qu’à sa réélection, semble perdre beaucoup de terrain. Donc, il ne faut pas brûler les étapes.
Wa Ji (Les Echos)

Categories: BILLET DE JOUR

About Author