Quand Marie Curie était la cible des paparazzis : La traque des célébrités ne date pas d’aujourd’hui. En témoigne une série de photos de la scientifique exhumée par Irène Frain dans « L’Écho républicain ».

Quand Marie Curie était la cible des paparazzis : La traque des célébrités ne date pas d’aujourd’hui. En témoigne une série de photos de la scientifique exhumée par Irène Frain dans « L’Écho républicain ».

Sur une photo, une femme sortant de chez elle entourée par les photographes se cache le visage derrière un cartable. L’image est familière, et pourtant la série de photos est en noir et blanc et la femme n’est pas une actrice américaine, mais la physicienne Marie Curie. C’est L’Écho républicain qui publie cette drôle de série de photos, retrouvée par Irène Frain pendant la préparation de son livre Marie Curie prend un amant (Seuil).

Les photos datent de novembre 1911, l’époque où la célèbre scientifique a une liaison avec le physicien Paul Langevin. Une affaire qui va faire les gros titres de la presse et provoquer un déchaînement de haine contre Marie Curie. «  Marie Curie cumulait aux yeux de cette société tous les vices. Elle était polonaise, juive […] et elle était veuve et n’avait pas d’homme pour la protéger. Elle était scientifique et libre. […] Marie Curie était un bouc émissaire à une époque où tout le monde n’avait pas digéré la réhabilitation de Dreyfus et certains souhaitaient en découdre avec l’Allemagne. Elle a été livrée en pâture à la haine publique, explique Irène Frain. On a voulu en faire un scandale sexuel et, curieusement, c’est la femme qui a été accusée.  »

«  Veuve illustre  »

Durant les recherches que l’écrivaine a menées avec sa «  formation d’historienne en même temps que littéraire  », elle a débusqué ces «  paparazzades  » de la «  veuve illustre  », sortant de «  son petit deux-pièces où elle retrouvait Paul Langevin. Elle pensait que […] personne ne la connaissait mais on l’a tout de suite reconnue, simplement à cause des photos qui avaient paru dans la presse au moment de la mort de son mari. On lisait la presse grand public et il y avait aussi des méthodes voyoutes  », explique Irène Frain au quotidien. Malgré cela, ni le scandale ni les photos volées n’empêcheront Marie Curie d’obtenir un deuxième prix Nobel quelques mois plus tard.

 

 

 

Par 6Medias

Categories: CULTURE
Tags: Curie, Marie

About Author