Le directeur de la Com’ du ministère de l’Éducation crache le morceau : « Nous préférons la Turquie à Yavuz Selim »

Le directeur de la Com’ du ministère de l’Éducation crache le morceau : « Nous préférons la Turquie à Yavuz Selim »

Macky Sall ne va pas compromettre le financement turc dans son Plan Sénégal Émergent (Pse) pour sauver l’éducation de 3000 élèves sénégalais de Yawuz Selim. Confirmation en a été faite par le chargé de Communication du ministère de l’Éducation Mouhamadou Moustapha Diagne

C’est parfois tout le fardeau que revêt la fonction de chef d’État : devoir sacrifier certains de ses fils pour l’intérêt de la majorité. Le président Macky Sall a eu beaucoup de mal à faire passer le message, face à la résistance des administrateurs du groupe scolaire Yawuz Selim. Le Directeur de la Communication du ministère de l’Intérieur, Mouhamadou Moustapha Diagne a clairement expliqué pourquoi le Sénégal a intérêt à garder intactes ses relations avec la Turquie de Recep Tayyip Erdogan, qui ne veut plus entendre parler des établissements Yawuz Selim, depuis son différend avec Fehtullah Gulen.
« C’est le chef de l’État qui définit la politique étrangère. Il a la prérogative de choisir avec qui coopérer. Et dans ce dossier, le chef de l’État a tranché et a préféré l’État turc au groupe Yawuz Selim. Yawuz Selim, c’est 3 000 élèves alors que 13 millions de Sénégalais ont intérêt à ce que le Sénégal garde ses relations avec la Turquie. La Turquie, c’est plus de 100 millions de dollars (soit 50 milliards Fcfa) dans le Pse. Et le chef de l’État ne va pas cracher dessus. Dans cette affaire, nous préférons la Turquie à Yawuz Selim. C’est désolant, mais c’est la réalité », a déclaré le membre de Macky 2012, dans les colonnes de L’As.

Monsieur Diagne de poursuivre pour faire croire à l’opinion que le président Erdogan n’est pas derrière la décision de l’État sénégalais de fermer les écoles Yawuz Selim : « Ce que le chef de l’État fait relève du réalisme diplomatique. Erdogan ne nous dicte rien du tout. Quand il s’est agi par le passé de nos relations diplomatiques avec l’Israël et le Qatar, l’État du Sénégal n’avait pas hésité ».
Le monsieur Com’ du département de l’Éducation nationale termine en demandant aux administrateurs de Yawuz Selim de revenir à la raison et de permettre à l’État de gérer les relations sénégalo-turques.
Categories: ACTUALITÉS
Tags: Com', de, DIRECTEUR, la, Le

About Author