Les nouveaux vautours de la République

Les nouveaux vautours de la République

Le Sénégal est un pays bien spécial où l’on peut occulter les contenus réels d’une interview pour imposer ce qu’on voudrait bien faire voir ou faire entendre.

A parcourir la toile, du moins les extraits que certaines mains diaboliquement expertes ont bien voulu retirer de la sortie du nouveau ministre du Tourisme invité sur le plateau de France 24, on se rend  bien compte de toute la mauvaise foi qui anime certains acteurs en perte de vitesse de la classe politique. Ces derniers n’ont même pas eu besoin de renvoyer à la source, sur le jeu de ‘’questions-réponses’’ en plein journal télévisé, où le ministre Mame Mbaye Niang dévoile les aspects les plus saillants de ce que devrait être la politique touristique de notre  pays.
Animés d’un esprit perfide, ces nouveaux censeurs qui ont en vérité le dessein de jeter l’opprobre sur tout ce qui  défend le bilan du Président Macky Sall, dans le but de ne faire entendre que leurs voix, sont allés chercher des ‘’ciseaux’’ (excusez la métaphore !) pour couper les parties qui les intéressent pour faire des  copier-coller et servir les fruits de leur montage à l’opinion. Le but visé est clair : décrédibiliser la sortie du ministre du Tourisme qui a eu le tort d’évoquer des sujets politiques qui fâchent.
L’on a, par exemple, lu beaucoup d’interventions de proches de Khalifa  Sall, qui fustigent la position défendue par Mame Mbaye Niang alors même que le journaliste  lui demandait si l’affaire Khalifa Sall n’était pas une simple affaire politique montée par le pouvoir en place pour écarter un adversaire. Rappelons  que les partisans de Khalifa Sall qui ont fini de faire le tour du monde pour décrédibiliser la procédure judiciaire initiée à l’encontre du maire de Dakar, bénéficient de l’oreille attentive des médias de l’autre côté de la  Seine.
Dans ces conditions, quel mal y a-t-il, pardi, à rappeler (ce que d’ailleurs même les enfants savent aujourd’hui) que Khalifa Sall est poursuivi non pas sur la base de fictions, mais de fausses factures qu’il a reconnu avoir confectionnées ? Quel crime a commis le ministre Mame Mbaye Niang, lorsque, répondant à une question du journaliste, il affirme que le maire de Dakar ne saurait être une menace politique  au moment où le Président Macky Sall a remporté 125 sièges sur les 165 que compte l’Assemblée  nationale du Sénégal ? Où se trouve donc  le  problème ?
Visiblement, ceux qui sont derrière ces attaques croyaient que la France était devenue un terrain conquis pour eux. Qu’ils se rendent compte que les ténèbres ne résistent jamais aux faisceaux de la  lumière. Que la  lumière soit ! Et que se taisent ces oiseaux de mauvaise augure qui poussent le mensonge et la manipulation jusqu’à la caricature.
Lorsque le ministre du Tourisme qu’il est, Mame Mbaye Niang avance que pour relancer le secteur, afin d’en faire une priorité, le Président Macky Sall, contrairement à son prédécesseur, va doper les investissements, pour disposer de réceptifs de qualité, aux normes internationales, quel crime commet-il ? La mauvaise foi va plus loin puisqu’on lui reproche, à travers cette nouvelle fourmilière que sont les Réseaux sociaux, d’avoir soutenu, qu’à côté de la stabilité légendaire de notre pays, son sens de l’hospitalité, le Sénégal va pouvoir montrer son parc animalier aux Touristes. ‘’Que viennent faire les animaux ici ?’’, se sont tous exclamé en chœur ?
En vérité, ceux qui ont déclaré, dans leurs commentaires, avoir ri sous cape, ne doivent rire que de leur propre ignorance. Le Sénégal dispose, en effet, de parcs animaliers tels que : Dioudj, Hann , Niokolo Koba et de quelques réserves que sont Bandia, Fathala, etc.
Ce qui le positionne comme étant l’un des rares pays d’Afrique où l’on peut faire du circuit touristique.
Cette ignorance traduit d’ailleurs l’état d’esprit de certains de nos compatriotes (ils ne sont pas nombreux malgré tout le bruit qu’ils font). Au vrai, ils méconnaissent les réalités profondes de ce pays. Et bien pire, ils sont justes animés d’une bonne dose de mauvaise foi. Ces ‘’nouveaux vautours’’ de la République sont en réalité affamés de n’avoir rien à se mettre sous les dents, qu’ils cherchent désespérément des cadavres. Si naturellement pour eux tous les moyens sont bons pour ‘’manger’’, il faut leur conseiller la sagesse d’éviter de prendre un prédateur pour une proie. Les dégâts sont vite arrivés.

Abdoulaye Fall, chef de Cabinet du Ministre du Tourisme

Categories: OPINION

About Author