PASSATION DE SERVICE À LA CDC : Aliou Sall reçoit les clés de la cagnotte


Le nouveau directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, Aliou Sall, a été installé dans ses fonctions, hier. Il trace sa feuille de route. L’attente a été longue, très longue. Mais, finalement, vers les coups de 17h, Aliou Sall apparait dans le hall du bâtiment abritant la Caisse des dépôts et consignations (CDC) en compagnie de son prédécesseur Thierno Seydou Niane.

Sous l’œil vigilant de l’inspecteur général des Finances Mamadou Djité qui, selon le nouveau directeur, a présidé les travaux «avec brio et rigueur». «Vous l’avez d’ailleurs constaté», ajoute-t-il, faisant allusion au retard de plus de six tours d’horloge.

Aux griots qui entamaient leurs envolées lyriques, M. Sall dit ceci: «SVP ! Nous sommes dans une cérémonie solennelle. Et je voudrais la marquer avec toute la gravité qui sied». Les troubadours et autres communicateurs traditionnels se la bouclent alors, laissant le nouveau directeur général de la CDC dérouler son discours d’environ dix minutes. M. Sall de revenir sur ses ambitions à la tête de l’institution. Il dit : «Je ne ménagerai aucun effort pour que la CDC trouve sa place auprès de ses illustres sœurs, je veux nommer la Caisse des dépôts et consignations française, celles de l’Italie et du Royaume chérifien. Ces institutions ont une même caractéristique, une même identité, celle d’être des investisseurs stratégiques de longs termes, assurant ainsi le financement de l’économie de leur pays.»

Fondée sur la base de ce même principe, la Caisse des dépôts et consignations du Sénégal a les mêmes prérogatives, selon Aliou Sall qui précise : «La loi confère à la CDC la mission de financer les logements sociaux et de standing, les travaux d’équipements des collectivités territoriales, les petites et moyennes entreprises, les projets stratégiques et structurants définis par l’État…»

Pour l’accomplissement de cette fonction, le législateur a mis d’importants moyens de financement à la disposition de l’institution. «Il s’agit notamment des dépôts de garantie, des dépôts de consignation des organismes et des particuliers, de certaines valeurs mobilières… C’est pour permettre à la caisse d’accomplir sa mission d’appui aux politiques publiques de l’État et des collectivités locales».

Pour Aliou Sall, la réussite de la mission de la CDC ne peut être une réalité que si les partenaires lui font confiance. C’est pourquoi il compte déployer tous les moyens pour gagner la confiance de ses partenaires : l’État, les organismes publics et privés, les partenaires financiers et les citoyens. Ainsi compte-t-il hisser la boite au rang des établissements financiers de référence.

Par ailleurs, M. Sall a tenu à présenter ses excuses aux «hauts fonctionnaires et aux marabouts venus de Guédiawaye et de Mbour». Il a aussi remercié le directeur sortant pour son comportement républicain. «Vous avez été grand. Vous ne faites pas partie de ceux qui grincent les dents parce qu’ils ont changé de position. Vous avez compris que les hommes passent, les institutions demeurent», lance-t-il.

Enquête

Previous LE LINCEUL DES CONTROVERSES
Next DRAME EN BIRMANIE: Mimi Touré demande à la CPI de s'autosaisir