FRUSTRATIONS

FRUSTRATIONS
C’est l’autorité du Chef qui doit bien en souffrir. Voir ainsi des soldats ou des officiers de son armée déserter les rangs et avec fracas, ça doit lui fendre le cœur. Et même si l’on sait que c’est armée mexicaine, il y a un certain respect que l’on doit au Chef dont on souffle que ce qui lui manque le plus, c’est justement ce pouvoir à canaliser ses soldats. Tout ça pour des postes perdus tandis que d’autres ruent dans les brancards parce qu’ils espéraient être invités à la table du Conseil des ministres et de la salle des banquets du Palais pour un festin royal qui les rendrait subitement riches et craints. C’est la fonction même de ministre qui en prend un sacré coup.  Mais attention à la délation. Parmi ces messieurs que l’on a renvoyés sans ménagement, leur manquant même de respect comme l’a dit le très singulier secrétaire d’État, y en a qui ont un pouvoir de nuisance redoutable. Surtout que celui dont le jeu est de s’exercer dans l’insulte menace de la claquer. Ce sont nos oreilles qui risquent de bourdonner. En tout cas, hors du pouvoir, les armes de ces ex-ministres pourraient être destructrices. Bref, rien ne va dans le Macky avec ces nombreuses démissions et autres frustrations de militants. Mais bien mal leur fasse. A moins que la Première dame n’use de son pouvoir de dissuasion pour rappeler ces frustrés à la table du festin comme elle l’eut fait avec l’insulteur. Démission pour démission, Me Abdoulaye Wade vient de faire un heureux ! C’est toujours ça, le charme de la politique. On est peinard. Et tant pis pour la plèbe !

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author