ALIOUNE SOW, MAIRE DE THIES-OUEST SUR LES VEHICULES DE CCBM «LES MAIRES QUI CIRCULENT AVEC CES VEHICULES SONT EN DANGER»


Aliou Sow, maire de thiès-ouest persiste et signe sur la mauvaise qualité des véhicules remis aux collectivités locales par la ccbm. selon lui, c’est incompréhensible que plusieurs de ces véhicules soient tombés en panne dans les mêmes circonstances et avant l’atteinte des deux ans de garantie. il soupçonne un défaut de fabrication et affirme de ce fait que, tous les maires qui circulent avec ces véhicules sont en danger

Beaucoup de véhicules livrés aux collectivités locales par la CCBM de Serigne Mboup sont tombés en panne presque tous dans les mêmes circonstances et avant l’atteinte des deux de garantie. C’est du moins, le point de vue de Alioune Sow, Maire de Thiès-Ouest, qui a vivement déploré une telle situation. Il soupçonne par ailleurs un défaut de fabrication.

Fort de ce constat, il tire la sonnette d’alarme : « les Maires qui circulent avec ces véhicules sont en danger au quotidien». Mais force est de constater que ces remarques n’ont pas pour autant plu au patron de CCBM qui selon Alioune Sow, lui a apporté la réplique. « Je peux lui concéder qu’il me taxe d’ignorant, mais je ne serai jamais aussi lâche pour mettre en danger des maires avec d’aussi problématiques véhicules. Il faut que tous les véhicules lui soient retournés et sur ce plan, nous interpellons le président de la République. Il a par ailleurs parlé d’encagoulés qui seraient derrière moi, mais qu’il sache que je ne suis pas aussi lâche pour porter le combat de qui que ce soit. Je suis libre de mes actes, j’ai constaté un fait et on ne peut passer tout le temps à crier aux voleurs en parlant des Maires et qu’un privé pose des actes de ce genre au vu et au su de tout le monde sans que personne ne lève le plus petit doigt. C’est une affaire qui peut même être assimilée à un détournement car les véhicules n’ont aucune valeur. Nous interpellons le président de la République pour que tous les véhicules puissent être rendus à Serigne Mboup et qu’il donne de bons véhicules aux collectivités locales et nous allons porter plainte devant les juridictions compétentes pour que justice soit faite», dit-il.

L’autre fait grave note le Maire de Thiès- Ouest est que, les véhicules ont été livrés sans aucun papier, juste un bon de sortie qui a permis d’en prendre possession.

«Tout ce que nous demandons à Serigne Mboup, c’est de tirer cette affaire au clair au lieu de verser dans les invectives», se désole-t-il. Il renseigne qu’il a reçu le véhicule de Thiès-Ouest le 21 décembre 2015 et il est tombé en panne le 22 juin 2017 soit 16 à 17 mois après la mise en circulation alors que la garantie est de 2 ans. D’ailleurs dit-il, les véhicules de Thiès-Est, du Conseil Départemental, du Maire de Ngoundiane et bien d’autres maires du pays ont subi le même sort. La question qui se pose maintenant est de savoir pourquoi la plupart des véhicules sont tombés en panne la même période et dans les mêmes circonstances. «Je pense

que cela ne peut relever que d’un défaut de fabrication. C’est pourquoi d’ailleurs, j’ai interpellé l’Association des maires du Sénégal pour porter plainte, car ces véhicules ont été achetés avec des deniers publics. Il est incompréhensible que les maires soient audités, qu’ils reçoivent la visite de l’OFNAC et de tous les organes de contrôle de l’Etat et cette affaire reste sans aucune réaction. Et au moment où nous parlons, le Maire de Dakar Khalifa Sall est en prison pour des soupçons de détournement de deniers publics portant sur des millions alors que dans le cas d’espèce, c’est des milliards qui sont en jeu», dit-il.

Selon Alioune Sow,  une garantie a été déposée par l’Etat du Sénégal et pourtant les véhicules qui tombent en panne sont gérés par les Maires euxmêmes avec des factures exorbitantes et même les vidanges coûtent trois fois plus cher que dans les stations traditionnelles. Pour le cas du véhicule de Thiès-Ouest dit-il, c’est une facture de près de 4 millions de Fcfa qui est brandie avec l’obligation de verser aussitôt la moitié.

Previous Keem Taan Gi DIALOGUE C'est du pardon ! Il faut bien dans un pays qui semble marcher sur la tête en plus d regorger de paradoxes. Ainsi, le Président Sall a pardonné aux insulteurs du web dont le plus fameux est devenu une star pour les médias. Il a également instruit son Premier ministre de présenter ses vœux à son prédécesseur lors de la grande prière de la Tabaski avant d'appeler à un dialogue... politique. Mais il faut plus que ça pour faire lâcher du lest à Me Wade. Peut-être que ça viendra avec de la bonne volonté... Signe de dégel dans un pays où le sentiment le mieux partager est que le temps est à la politique. Le temps du travail au placard. En effet, dans un pays aussi pauvre et qui fait encore la manche même si on nous fait croire l contraire, voilà plus de quatre jours que le temps du travail est suspendu... La fête du mouton se poursuit. Et en attendant que le dialogue politique se précise, il faudra bien que cette race qui tient le pays en otage se parle. Le Sénégal en a bien besoin pour que tout le monde se remette sérieusement au travail. Et plus qu'un dialogue politique, religieuse, sociale et économique. Bref, il nous faut réapprendre à marcher sur les pieds et non sur la tête comme on en a pris l'habitude. On verra peut-être, à ce moment-là, c'est-à-dire lorsque le pays se sera remis au travail, la route qui mène vers l’émergence. Ce qui sera toujours mieux de vivre dans les nuages. Kaccor Bi (Les Echos)
Next Alioune Sow Thiès-Ouest/ Les Maires sont en danger avec les véhicules de CCBM