TOUBA – Seck Sadaga : «J’étais l’homme à abattre dans ces élections»

TOUBA – Seck Sadaga : «J’étais l’homme à abattre dans ces élections»

L’heure est toujours aux prolongations des législatives du 30 juillet dernier, émaillées d’incidents dans la cité religieuse de Touba où le plus grand centre de vote de la localité avait été mis à sac, empêchant le vote de milliers d’inscrits. Une attitude qui doit être sévèrement punie, estime le député Abdou lahad Seck SAdaga, responsable de l’Alliance pour la République (Apr) à Touba.

«On ne peut pas considérer ce qui s’est passé à Touba comme une défaite. Il n’y a pas eu de vote. Parce que des personnes (issues de l’opposition), qui ont senti leur défaite venir, ont orchestré le saccage pour empêcher qu’il y ait vote dans les centres qui ne leurs sont pas favorables. Les électeurs n’ont pas voté le 30 juillet dernier à Touba. Moi-même qui vous parle, je n’ai pas pu accomplir mon devoir de citoyen», déplore-t-il dans un entretien à Lobservateur.

«Pendant huit mois, je suis sur le terrain, mobilisant mes électeurs, pour aller retirer leurs cartes, ainsi que ceux qui ne sont pas encore inscrits. J’ai très tôt compris que j’étais l’homme à abattre dans ces élections. On m’avait ciblé, puisque je recevais beaucoup de menaces. Mais, ces gens n’avaient aucune possibilité de m’atteindre», se glorifie le responsable politique.

Toutefois, note-t-il, «Ils ont attendu le jour des élections pour venir me perturber et nous empêcher, mes militants et moi, de voter. C’est ce qui explique la défaite», tente-t-il d’explique.

Quid des raisons de la défaite du camp présidentiel ? Seck Sadaga de mettre en cause les lieutenants de Macky Sall, artisans de la déroute présidentielle dans la cité religieuse.

A l’endroit du président Macky Sall qu’il dit interpeller, le député dit attirer l’attention pour «lui faire comprendre que les difficultés que nous avons connues sont dues à ses ministres et directeurs généraux. Nous ne sommes pas au courant de ce que le président Macky Sall réalise à Touba. Ses ministres et directeurs préfèrent travailler avec l’opposition», accuse-t-il. «On a vu des ministres et des directeurs généraux remettre des chantiers à des opposants qui vont en profiter pour dire que ce sont les chantiers de Me Abdoulaye Wade. Cela ne va rien apporter au pouvoir. Ces ministres et directeurs ont donné des financements à des opposants», renchérit le parlementaire, qui place en tête de sa liste, Cheikh Abdou Bara Dolly, la tête de liste de l’opposition.

Categories: POLITIQUE

About Author