Fraude

Fraude

Fadeur est bien l’anagramme de fraude, mais aussi le second a le goût insipide du premier, particulièrement sous nos cieux, en cette première moitié de l’année 2017. Fraude par-ci, fraude par-là, une véritable rengaine, pour ne pas dire le tube de l’été. De l’enseignement à la politique, en passant par le sport, la fraude rythme notre quotidien, comme si les Sénégalais ne pouvaient rien faire honnêtement. Pas plus tard que ce week-end, à l’élection du Président de la Fédération sénégalaise de football, le monstre s’est invité aux débats, avec des suspicions attachées au fichier électoral, faisant traîner le processus avec des contestations à n’en plus finir. Au moment où le tollé soulevé par l’organisation des législatives ne s’est pas encore estompé, toujours avec les mêmes accusations de fraude électorale. Auparavant, les examens du Bac et du Bfem et même le prestigieux Concours général avaient été visités par le ver. Y a-t-il donc à désespérer de l’homo senegalensis qu’aimait tant chanter le poète président? Avec les dérives sur le net qui viennent tout corser, la question mérite bien d’être posée.

Waa Ji (Les Echos)

Categories: BILLET DE JOUR

About Author