Destin politique de la famille libérale : LES LIBÉRAUX CONDAMNÉS À S’UNIR OU À PÉRIR

Destin politique de la famille libérale : LES LIBÉRAUX CONDAMNÉS À S’UNIR OU À PÉRIR

Les folles rumeurs entre le Palais et Keur Madické vont bon train. Peut-on ne pas leur accorder du crédit, au regard du destin, forcément commun, où Wade et Macky seraient condamnés à s’allier, au risque de perdre le pouvoir ? De Gaulle disait « que la cause des grandes défaites : c’est toujours trop tard. »

Au profit d’une troisième voie qui pourrait surgir du néant, le règne des libéraux depuis 2000 risque de s’estomper. Le signe d’une inscription massive des jeunes était un signe de sanction que le pouvoir a vite fait de décrypter, au point de « saboter » les législatives, par une pagaille savamment orchestrée par des hommes de main de maitre et à la perfection. En ce qui concerne les législatives, la lecture qui s’offre après analyses des résultats, fait ressortir que les libéraux, même divisés, occupent encore le landerneau politique sénégalais. Une bipolarisation dans une famille idéologique dont l’artisan n’est rien d’autre que le Président Wade. Sa venue pour ces législatives était de sauver sa famille politique en créant les conditions d’un recentrage de son électorat et en même temps, sauver Macky Sall, sans le vouloir. Dès lors, les négociations secrètes entamées pour la réunification de la famille libérale font leur bonhomme de chemin. Un pont de dialogue serait tracé entre Wade et Macky Sall. Et au centre des négociations, les plénipotentiaires travaillent à leur rythme.

Rumeurs persistantes d’un gouvernement de rupture

Il est clair pour l’actuel locataire du palais de Roume, qu’il serait trop risqué pour lui d’aller jusqu’à la présidentielle avec ses alliées de Benno qui lui ont montré leurs limites. Incapables de lui donner 50% des votants, avec tous les micmacs. Alors, pour éviter d’entrer dans l’histoire, Macky Sall joue son avenir et ne voudrait point entrer dans le livre Guinness de la politique sénégalaise : Le premier Président à n’avoir fait qu’un mandat depuis 1960. Et, il sait que cette probabilité peut être réelle. Alors, le remède passe par une réconciliation d’avec le Maitre. Un maitre conscient de l’atout. De son atout. Seulement, il peut subsister un blocage de par les petits cerveaux synchronisés au bon vouloir de surface du Chef et jouant aux équilibristes entre les figures, de ce qui reste encore, du Parti socialiste et de l’Alliance des forces du progrès. En ces heures sombres du destin d’un jeune président, qui a perdu en cinq années 17% de son électorat, il requiert d’autres lectures. Il faut sauver le soldat Macky.

Categories: POLITIQUE

About Author