ALLIANCE DES FORCES DE PROGRÈS : De la posture de «rebelle» à celle d’allié docile

ALLIANCE DES FORCES DE PROGRÈS : De la posture de «rebelle» à celle d’allié docile

Le Comité électoral national de l’Alliance des forces de progrès (Afp) s’est réuni hier, pour évaluer les élections législatives du 30 juin dernier et dessiner les perspectives politiques. les partisans de Moustapha Niasse ont étalé toute leur satisfaction suite à la victoire de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby). Un discours aux antipodes des déclarations tenues à la suite des investitures.

Loin des discours va-t-en guerre suite aux investitures, les progressistes saluent aujourd’hui la victoire de la mouvance présidentielle à l’issue du scrutin du 30 juillet dernier. L’Alliance des forces de progrès (Afp) se montre plus que jamais dévouée à combattre aux côtés de Macky Sall. Et pourtant, les partisans de Moustapha Niasse s’étaient violemment offusqués au lendemain de la publication des listes. Ils avaient même brandi la menace d’une éventuelle rupture avec la mouvance présidentielle. Mais le chef de l’État, en voyage en Allemagne, avait réussi à circonscrire l’incendie en joignant Moustapha Niasse. Apparemment la présidence de l’Assemblée nationale pèse lourd. Les progressistes se suffisent même des quatre sièges de députés qui leur ont été attribués au moment où leur rival le Ps a pu décrocher 16 sièges à l’hémicycle compte non tenu de la présidence du Hcct. Tout compte fait, la réalité montre que les camarades du président de l’Assemblée nationale se sont résignés à rester des partenaires dociles d’une Apr ultra dominante (97 sièges sur 125).

Dans un communiqué parvenu, le Comité électoral national de l’Afp a salué la victoire de la Coalition Benno Bokk Yakaar, «dont la longévité, l’efficacité et l’efficience ont déjoué tous les pronostics». Très satisfaits des résultats, les progressistes se projettent déjà sur 2019 en engageant une réflexion sur une stratégie conquérante pour la prochaine présidentielle. Selon les partisans de Moustapha Niasse, la majorité confortable du Président Macky Sall à l’Assemblée nationale est un élément de stabilité, qui lui permettra de «poursuivre les importantes réalisations au service des populations et de notre pays, aussi bien au plan économique qu’au plan social». Selon eux, le Président Macky Sall, pour ses réalisations, a contribué à faciliter la conception et le déroulé du discours de campagne électorale de Bby. S’agissant de l’organisation des élections, l’Afp dit ramener à leur juste mesure les quelques manquements notés, «dont le principal, à savoir l’impression et la mise à disposition en temps utile de toutes les cartes biométriques, a été corrigé par la démarche du président de la République auprès du Conseil constitutionnel». Dans la foulée, les progressistes ont écorché l’opposition l’accusant de se limiter à la gestion «d’égos qui s’entrechoquent et d’épithètes qui relèvent de la pathologie». «Notre peuple ne saurait accepter que l’on accroche l’avenir de notre pays à une obstination qui assimile un fils au nombril du Sénégal. Et les menaces conjuguées au futur n’inquiètent guère la majorité des Sénégalais qui sont habités par la foi», lit-on en définitive dans le communiqué des progressistes parvenu à la Rédaction
Seydina Bilal Diallo (L’AS)

Categories: POLITIQUE

About Author