BOOMERANG : L’avers et le revers

BOOMERANG :  L’avers et le revers

Comme dans le désert avec les écarts de températures extrêmes, la démocratie sénégalais sait présenter deux visages des plus antinomiques. La preuve par l’exemple. Dans la seule journée d’hier, on a croisé l’avers et le revers, la belle face et le côté hideux de notre système. En effet, commençant par la bonne nouvelle, saluons le geste de l’honorable député Iba Der Thiam, dont la médiatisation, nous osons l’espérer, est pour marquer son utilité pédagogique. En effet, dans le système de l’Administration où brûler la totalité de sa dotation est de règle, pour éviter une diminution la gestion suivante, rendre quelque 1,5 million en valeur de carburant est exceptionnel, pour être souligné. Par contre, que l’ancien Premier ministre Idrissa Seck n’ait pu, hier, rendre visite au détenu Khalifa Sall, bien que détenant un permis en bonne et due forme, est à classer dans le lot des dénis à gommer de notre espace démocratique. Car, si le juge ayant accordé l’autorisation peut revenir sur celle-ci, comme défendu par l’autorité pénitentiaire, le Sénégalais lambda pensera que des motivations politiques en sont le soubassement.
Waa Ji (Les Echos)

Categories: CHRONIQUE

About Author