Attention, avec les Ntics nous sommes tous des « journalistes »

Attention, avec les Ntics  nous sommes tous des « journalistes »

Sommes –nous bien préparés à suivre l’évolution qui s’est presque emparée du monde et que l’on nomme globalisation.  L’information circule aujourd’hui à une vitesse folle  et il n y a pas que les journalistes traditionnels à aller à la chasse des nouvelles. Les réseaux sociaux  et ses avatars sont mis en contribution. Cette donne n’est pas propre à notre pays, elle est devenue partout une réalité dans le monde et particulièrement en Amérique et  en Occident. Si dans ces pays  de grande tradition démocratique et  de liberté, les citoyens aussi bien que l’Administration ont réussi à se conformer à cette réalité, au Sénégal le chemin qui reste à parcourir nous parait lointain avec ses excès. Les sites internet poussent comme  des champignons,  des bloggeurs mènent une concurrence féroce aux médias. Et ce sont maintenant  des particuliers, à travers ces mêmes réseaux,  qui livrent souvent des informations  véhiculées à un quart de tour sans prendre les précautions d’usage. Et il arrive même que des médiats traditionnels les reprennent  avec la course au scoop et pour laquelle, l’on ne prend pas la peine de faire des recoupements ni  vérifier l’information dont le caractère est souvent sensible. Bref, c’est à qui attirera plus de visiteurs ou «  Like ».  Il y a quelques mois, des particuliers avaient filmé un policier pris en flagrant délit de corruption.   Une scène qui avait enflammé les réseaux  sociaux, la presse en ligne et écrite.  Le cas récent de la chanteuse Amy Collé Dieng qui a tenu des propos jugés offensants à l’endroit du Chef de l’Etat constitue la triste réalité de cette chasse au scoop et à l’audimat . En effet, c’est à travers une discussion privée et fermée entre supporteurs de Karim Wade, fils de l’ancien chef de l’Etat, qu’elle aurait tenu les paroles qui lui valent  son arrestation. La vidéo postée  sur la toile a vite fait le tour du monde. Bien avant elle, une autre jeune fille du nom de Penda Ba avait tenu des propos jugés « ethnicistes »    avant d’être arrêtée.  Il arrive également que des personnes  mal intentionnées  véhiculent des informations pour atteindre un « ennemi »  , si elles ne livrent pas   de fausses informations. Le délit qu’on  colle  à ces personnes  lorsqu’il arrive à répondre de leurs actes, est  similaire à celui des journalistes. Ce qui fait penser à certains que nous sommes tous devenus des «  journalistes » à force d’être sur les réseaux sociaux pour y véhiculer des informations souvent erronées et au caractère sensible pour la cohésion sociale. Il est donc du devoir de chacun  d’entre – nous  de prendre des précautions d’usage qui régissent cette fonction de journaliste. Recouper, vérifier avant de poster une information fut-elle mineure. Tous responsables !

About Author