ASSOCIATION DE MALFAITEURS ET EXTORSION DE FONDS : Les deux étudiantes qui faisaient du chantage au prêtre «Cyril» placées sous mandat de dépôt, hier

ASSOCIATION DE MALFAITEURS ET EXTORSION DE FONDS : Les deux étudiantes qui faisaient du chantage au prêtre «Cyril» placées sous mandat de dépôt, hier

J Dionne et S Dia, toutes deux étudiantes, ont été inculpées et placées sous mandat de dépôt, hier, par le juge d’instructeur du 8ème cabinet. Elles sont poursuivies pour association de malfaiteurs et extorsion de fonds. La victime était un prêtre qui a fini par mettre fin à sa vie pour faire cesser le chantage.

L’affaire du suicide d’un prêtre enregistré au sein de l’Eglise, mais étouffée parce qu’étant très sensible, a finalement atterri devant le juge d’instruction du 8ème cabinet. Le dossier a été confié au magistrat instructeur sur réquisitoire du Procureur, après le déferrement de J Dionne et de son amie S. Dia. Les deux filles, étudiantes en formation, ont été inculpées, hier, par le magistrat instructeur, pour les chefs d’association de malfaiteurs et extorsion de fonds. Elles vont passer leur première nuit à la maison d’arrêt des femmes de Liberté 6, pour avoir été placées sous mandat de dépôt.
Cette affaire remonte à près d’une semaine, après que les limiers du Point E ont trouvé le corps sans vie du prêtre connu sous le nom de «Cyril» à son appartement au Point E. Le prêtre s’était, en réalité, suicidé. La police a trouvé sur place une lettre à travers laquelle il a expliqué les raisons de son acte, pour dire qu’il ne pouvait plus supporter la situation, mais qu’il ne pouvait non plus continuer de céder au chantage dont il était victime. Il a également balancé les noms des auteurs tout en précisant que S. Dia était témoin de tout.
En fait, le prêtre «Cyril» avait une relation intime, mais en cachette, avec la fille J Dionne. Hanté par le remords, il a voulu rompre la relation, mais la fille avait un tout autre plan en tête. Elle lui a ainsi fait du chantage, lui réclamant de l’argent à tout bout de champ. Pour éviter que la relation s’ébruite, il a cédé au chantage et remettait à chaque fois le montant demandé. Il a déboursé près de 6 millions de francs, si l’on en croit nos sources, qu’il a remis à J Dionne qui est même allée jusqu’à simuler une grossesse. Pour mettre fin au chantage, il a décidé de mettre fin à sa vie. Un acte qui a suffi à susciter l’émoi au sein de son entourage. L’enquête a été menée dans la plus grande discrétion, du fait du caractère sensible de l’affaire qui touche un homme d’église. A la suite de l’arrestation des présumés auteurs, le procureur de la République, maître des poursuites, a demandé qu’une information soit ouverte par le juge du 8ème cabinet d’instruction, qu’il a saisi par un réquisitoire introductif. L’enquête vient de démarrer devant le magistrat instructeur.

 

Alassane Dramé (Les Echos)

About Author