QUE DIEU NOUS GARDE !

QUE DIEU NOUS GARDE !

Un embrouillamini inextricable. Voilà ce qui nous attend ce dimanche, jour du scrutin pour les législatives. On nous rabâche que le Sénégal vote depuis 1860, mais des élections pareilles, vous n’en trouverez pas dans la nomenclature politique du pays. Lors de la première alternance, en 2000, l’adrénaline était montée très haut, sans plus; lors de la seconde, en 2012, le sang avait coulé un an auparavant, les victimes sacrificielles ayant donc conjuré le sort; cette fois, les morts se banalisent dès la campagne et les armes sont affutées bien avant l’échéance, d’où une préméditation de violence qui risque de faire régresser la démocratie dans les ténèbres. Or, la situation étant grosse de dangers sentis par tout le monde, il est regrettable que les chefs des confréries religieuses restent muets. Oui, ils n’ont pas donner de consigne de vote, mais ils se doivent de veiller sur leurs ouailles, en appelant au calme et à la raison. En tout cas, les larmes des vieilles personnes ont toujours été considérées comme source de malheurs sous nos cieux, et comme Gorgui en a écrasé plusieurs à Thiès, que Dieu nous garde !
Waa Ji (Les Echos)

Categories: LE DOIGT SUR LA PLAIE

About Author