Opinion: Moussa Sy, un chaos pour les Parcelles ?

Opinion: Moussa Sy, un chaos pour les Parcelles ?

Dans ses rêves les plus loufoques, Moussa Sy, le maire  par accident de la commune des Parcelles Assainies,  n’espérait certainement pas diriger un petit coin d’un village du Sénégal. Fils d’un préposé au gardiennage d’une école publique de la capitale, les faits d’armes du curieux bonhomme  se limitaient à chauffer la rue en période de contestations électorales. On ne lui connait aucun passage dans un établissement du pays, ni diplôme. Mais voilà, fidèle  militant du PDS (Parti Démocratique Sénégalais), une formation politique  dans laquelle  il s’est illustré plus par l’animation de la rue que par les idées, il fallait le récompenser pour ses services. Me Abdoulaye Wade au pouvoir   le sortit de l’anonymat et comme il le fit avec  plusieurs jeunes de sa formation politique,  il offrit au   « Gavroche » tropical un  titre  de député.

Un maire sans leadership

A l’Assemblée nationale, sa nature belliqueuse ne le quitta guère et   le seul fait d’arme qu’on lui connait à l’hémicycle, fut  le tristement célèbre amendement qui porte son nom et qui avait mis en congé,  pour des raisons politiciennes, 70.000 élus locaux  et tendant  à instaurer à titre transitoire des délégations  spéciales pour la gestion des conseils régionaux, des conseils municipaux et des conseils ruraux.  Et  aucune autre action  !!!  Si, si !!! Ses intérêts menacés avec le vote  du  budget du ministère de la communication alors dirigé par M. Guirassy,  il s’était  négativement illustré en menaçant de quitter  le PDS  avec l’affaire Jappo Fm. Un contentieux  qui  l’opposait  à une ONG. As de l’intimidation, il voulait également avoir un pied chez Idrissa Seck et un autre au PDS. Travaillant en coulisse pour le maire de Dakar, Khalifa Sall, les jeunes libéraux  des Parcelles Assainies s’étaient dressés contre leur maire qu’ils accusaient de jouer un rôle trouble. Finalement, sachant les carottes cuites, il est allé toute honte bue se réfugier sur une liste dirigée  par Khalifa Sall, lors des dernières Locales pour garder son  fauteuil de maire. Une mairie qu’il n’a jamais su diriger dans la paix d’où ses récurrents différends  avec les commerçants  des Parcelles Assainies, ses administrés, ses plus sérieux adversaires ou  sa jeunesse. On ne lui connait d’ailleurs aucune réalisation si ce n’est celle du verbiage inutile comme il se distingue actuellement face au rouleau compresseur    qu’est le ministre des Finances, Amadou Ba qui est venu pour changer le visage des Parcelles qui est resté tel quel avec un maire sans relation internationale ni leadership national et qu’on peine à reconnaitre dans la rue.

Une commune sans infrastructures

Et c’est justement d’un problème d’homme de carrure que souffre la commune des Parcelles Assainies qui aurait dû sortir de sa situation avec un homme au leadership avéré. La commune manque de tout avec l’absence d’infrastructures majeures. L’assainissement, n’en parlons même pas.  Le manque  d’eau y est récurrent. Et  face aux difficultés d’approvisionnement en eau potable dans la capitale et singulièrement aux Parcelles Assainies, un  accord de financement de 18 milliards sera signé ce jeudi par  le Gouvernement. Ce qui ne semble, bien sûr, être une bonne nouvelle pour le maire mais qui est d’une portée  vitale pour la population.  L’insécurité  y est  réelle avec de fréquentes  agressions, attaques à mains armées  avec souvent mort d’hommes etc. Et faute d’anticipation pour réguler ces problèmes, le maire se réfugie souvent, pour masquer ses carences, derrière une main invisible qui ne le lui permettrait  pas de mener ses projets pour la Cité. Mais voilà,   des projets, on les exécute et quand ça dort dans les tiroirs et qu’un homme à la vision éclairée et moderne  les exécute, le bon sens recommande  de se ranger derrière lui. Mais c’est ce qu’il ne faut surtout pas demander à Moussa Sy qui aurait dû être à côté de M.Ba pour donner aux Parcelles Assainies un autre visage que celui hideux qu’elles présentent.

Et on vous l’a déjà dit, c’est un as des intrigues foireuses. Chassez le naturel…. Il menace ainsi de faire déguerpir l’Agetip qui est en train de relooker l’école de Grand Médine avec, svp, la construction de six salles de classe. Ce dont a justement besoin cette partie des Parcelles Assainies qui connait une importante explosion démographique en plus du manque criard d’infrastructures dignes de ce nom.  Et au lieu d’applaudir, M. Sy s’insurge contre ces travaux pour des raisons purement politiciennes et éloignées des intérêts et préoccupations des Parcellois.  L’on peut bien se demander  si  cet homme ne serait pas un chaos pour les Parcellois. Mais  pour  sortir la commune   de cette situation de précarité,  il lui faut  un homme d’Etat d’envergure. Les Parcelles Assainies de Dakar  doivent être à la pointe des villes modernes avec des infrastructures majeures. Et pour cela, encore une fois, ils leur faut un homme d’Etat à la vision futuriste.

Salif Samb

Categories: OPINION

About Author