LA GROSSE FARCE

LA GROSSE FARCE

Passe encore que nos services les plus stratégiques organisent des fuites de proces verbaux d’auditions de supposées voleurs, trafiquants de faux billets, de drogue ou de coriaces adversaires du pouvoir, lesquels procès verbaux, qui devraient être jalousement gardés, se retrouvent malicieusement dans la rue. Ou dans les colonnes des journaux du palais. Ou que la conversation intime du Chef se retrouve dans quelques sites people ou encore qu’un boss avoue détenir un enregistrement qu’il n’hésiterait pas à balancer si ce ministre, qui lui manquerait du respect et dont il n’est pas l’égal malgré que celui-ci soit son supérieur, continue de l’importuner. Passe, passe, passe encore… Et encore… Tout cela résume le Sénégal des incongruités qui est en phase de décomposition si avancée avec des adultes qui vivent et repaissent de mensonges, un Sénégal à un point tel qu’il faudrait vite convoquer ce Ndeup National si cher au psycho-clinicien Serigne Mor Mbaye. En effet, quand des adultes entretiennent eux-mêmes des fuites au profit de mômes, il faut reconnaître que notre société s’est totalement désagrégée avec la crise et la perte des valeurs. Parmi ces valeurs, celle de savoir démissionner quand des tuiles vous tombent continuellement sur la tête. Ces fuites récurrentes au Bac de cette année, en attendant le Bfem, constituent à n’en point douter une grosse farce pour l’École sénégalaise. M’enfin !!!

Kaccoor Bi

Categories: CHRONIQUE

About Author