LA GROSSE AFFAIRE


On vous disait hier qu’il va nous tomber des vannes. Et surtout, il ne faudra vous indigner de rien. Il convient de rester stoïque quelle que soit l’ indélicatesse de ces messieurs et dames pour ne pas avoir une crise d’apoplexie. Les politichiens ne seront pas les seuls  à nous flanquer la trouille, des officines de mensonges seront également de la campagne. Et malheureusement, nous autres de la presse qui se dit libre, leur serviront de relais pour leurs basses manœuvres afin de “tuer” un adversaire. Et le moins que l’on puisse dire est que, sans se targuer d’être politologue à la petite semaine, il est permis de dire que ces consultations  en vue sont parties pour être les plus viciées depuis 2000. Et si nous en sommes arrivés là, c’est parce que le lion qui dormait et qui s’est réveillé sur le tard, s’est pris à son propre jeu en parrainant ça et là des listes de personnes qui trainent des contentieux en banque et qui s’offre le luxe de jeter ainsi par les fenêtres des vingtaines de millions  car, en plus de la campagne, il leur faudra bien mener campagne. Dejà, le grand enjeu reste Ndakarou, la rebelle, qui a ses têtes de Turcs, ces malheureux qui doivent gagner ou perdre leur juteux poste de ministre qui a fait d’eux ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. C’est-à-dire immensément riches pour se permettre certaines libéralités que l’ont refuse à d’autres. Mais où est donc ce porteur de valise de Rimka ? Le dossier qui devrait noyer les carences du pouvoir pris à son propre jeu et dont on ne parle presque plus. A moins qu’on attende Me Wade pour compromettre le père et lui briser les ailes. Qui sait !

 

Kaccior bi

Previous PETROLE: LA GAMBIE NE VEUT PLUS DE FRANK TIMIS
Next Meurtre d’un homosexuel français à Yoff