Soukeurou Kör… Uption

Soukeurou Kör… Uption

La charité commande quand on la fait, que ce que votre main droite a donné, ne soit pas su, même de votre main gauche, ce qui confère à ce geste toute sa valeur d’humilité, de compassion et de générosité. Nos hommes politiques par ces temps supposés bénis de Ramadan ont inauguré une singulière manière de faire la charité et détournent le dicton qui voudrait que «Charité bien ordonnée commence par… bien mettre en évidence sa photo sur le contenu de l’obole». De manière obscène et triviale, et un manque criard de considération pour ce qu’ils considèrent comme du bétail électoral, ils font de la charité un business. Mais là ou la nausée vous monte au cœur, c’est quand vous voyez vos candidats aller à la pêche aux suffrages avec l’achat de conscience revendiqué et enduit aux couleurs de nos costumes de solidarité, laquelle lorsqu’elle a à se manifester, le Coran le recommande d’ailleurs, doit le faire le plus discrètement possible. Or, voilà nos hommes politiques qui mettent leurs photos sur les vivres qu’ils distribuent aux populations. Les tronches de messieurs Timbo, Karim Wade et Madiop Diop sur des paquets de sucre, de dattes et de sacs de riz, c’est plus de l’achat de conscience c’est de la vulgarité., la même qui transpire en fait de leurs comportements à l’intérieur de notre Assemblée nationale, lorsque, alors que le peuple souffre, le questeur dans un communiqué informe officiellement  le peuple sénégalais sensé être représenté de l’importance et du volume obscène de leurs émoluments. Alors que le mois de Ramadan sert à se racheter une pureté et une conduite, c’est le moment qu’ils choisissent pour encore se servir de leur puissance aux fins de rabaisser les Sénégalais au rang de mendiants, hélas consentants. Et en plus, il faudra voter pour eux… C’est toute la noblesse du propos incompris et sottement raillé d’Abdoul Mbaye qui a dit «qu’il n’avait pas besoin du peuple». Sous-entendu, pour vivre à ses dépens et lui manquer à ce point de respect pour pouvoir s’assoir sur un strapontin. C’est mieux que de manifester de l’inélégance en ayant besoin du peuple et de sa crédulité. C’est bien connu, «ventre vide n’a point d’oreilles». Mais un reste de dignité…

Kheuch (L’As)

Categories: LE DOIGT SUR LA PLAIE

About Author