INEVITABLE RECOMPOSITION DU CHAMP POLITIQUE SENEGALAIS: Quand Macky confirme la chute du Ps et de l’Afp

INEVITABLE RECOMPOSITION DU CHAMP POLITIQUE SENEGALAIS:  Quand Macky confirme la chute du Ps et de l’Afp

Même s’il ne le dit pas, le Président Macky Sall sait pertinemment que les départs de Khalifa Sall et autres du Ps, et de Malick Gakou de l’Afp, ont grandement impacté sur l’envergure de ces formations politiques. D’où le fait de compter sur ses propres militants, en majorité lors des investitures. Sûr de l’inévitable recomposition du champ politique, surtout après les Législatives, il a dû tenir compte de cela en leur accordant, comme ils l’avaient demandé, moins de 30 sièges aux socialistes et moins de 20 sièges aux progressistes.

 

Après les départs de Malick Gakou de l’Alliance des forces de progrès (Afp) et l’éloignement de Khalifa Sall par rapport à la direction du Parti socialiste (Ps), certains observateurs avaient analysé la situation de ces deux formations sous l’angle statistique qui laissait prévoir urne baisse de leur envergure respective.

Si d’aucuns avaient soutenu que Malick Gakou est parti de l’Afp en emportant avec lui la quasi-totalité des militants de ce parti -réalité jamais admise par son ancien mentor Moustapha Niasse-, d’autres ont indiqué que les conduites d’Aïssata Tall Sall d’Oser l’avenir, de Boubacar Diop de la Jds, de Malick Noël Seck ex Convergence socialiste et de Khalifa Sall (Adk) ont affaibli plus ou moins la base du Ps, malgré la raideur d’un Tanor qui se refuse toujours à leur reconnaître une quelconque légitimité.

Si avant la proclamation de la liste des investis Tanor exigeait une trentaine de députés pour la 13ème législature, le fait que Macky ne lui ait finalement accepté que 17 candidats sur les listes prouve à suffisance que le chef de l’Apr a bien conscience de la baisse tendancielle de la cote de popularité du socialiste en chef et de ses supposés fidèles et loyaux collaborateurs.

Avec 17 investis sur une projection de 30 députés, c’est en quelque sorte 55% de perte pour le Ps. Et la possibilité de revoir ce taux se creuser davantage du fait de la montée en flèche de la cote de Khalifa Sall à l’intérieur du pays reste d’actualité. Même si vraisemblablement, tous les militants du Ps investis sur les listes départementales et nationales de Bby recueillaient des suffrages en nombre et passaient haut la main, on retiendra de cet épisode du feuilleton Ps, que le parti de Senghor aura subi une nette baisse au sein de la Représentation nationale, où il trônait sur 20 députés lors de la 12ème législature.

Pour ce qui est de Moustapha Niasse, demandeur lui aussi, de son côté, d’une vingtaine de parlementaires pour la prochaine législature, les investitures lui auront crédité de six petites places, soit 30% de l’Afp.

Si 45% du Ps est avec Khalifa Sall et 70% de l’Afp avec Malick Gakou, le Président Macky Sall est sûr de ne pouvoir être réélu au premier tour du scrutin présidentiel, malgré les départs notés du côté du Pds et de Rewmi vers les prairies marrons. Et il faudra également tenir compte des autres départs non négligeables de Jean Paul Dias, Cheikh Bamba Dièye, Mansour Sy Djamil, Elène Tine, Ibrahima Fall, Cheikh Tidiane Gadio, entre autres acteurs qui ont tourné le dos à Benno bokk yakaar.

 

Macky 2012

 

Dés lors, Macky Sall a pris manifestement la décision de recoller les morceaux avec ses camarades de la coalition initiale Macky 2012 dont les membres ont été les moins respectés dans l’exercice du pouvoir. Pourtant, les amis de Moustapha Fall Ché ont crié sous tous les toits pour inviter le chef de l’Apr à travailler avec les collaborateurs de la première heure. Sans succès.

Categories: POLITIQUE

About Author