POLITIQUE BUSINESS

POLITIQUE BUSINESS

Le tsunami annoncé a bel et bien eu lieu. Et c’est le contraire qui aurait été une surprise dans un pays où la pratique de la politique constitue la voie la plus royale pour s’enrichir. Et si donc des rêves sont avortés, ça ne pouvait donner que toutes ces frustrations que ces messieurs et dames sont en train de déverser sur l’espace public sans aucune pudeur. Certains ont été oubliés, d’autres mis dans une position où ils savent qu’ils n’ont aucune chance d’être députés. Et pourtant, ils viennent tous avec candeur et dans une unanimité toute touchante seriner au bon peuple qu’ils sont sensibles à son funeste sort qui n’a jamais changé depuis nos glorieuses indépendances. La politique, ils en font un business, ils y entrent tous pour s’enrichir si bien qu’aucun d’entre eux n’en ressort pauvre. Elles sont ainsi 47 formations à devoir se disputer les sièges d’une Assemblée nationale vidée de sa substance. Les choix des futurs députés émanant du bon vouloir du Chef. Ce qui constitue, déjà, la plus grande contradiction pour des personnes qui seront plus reconnaissantes au Chef qu’au peuple à qui elles vendront du vent. Chacune de ces formations a ainsi déboursés 15 petits millions, rêvant de se rattraper avec le gros lot. Tout cela est bien beau, mais on pourrait aussi se demander où certains de ces gus ont pu dégoter cette cagnotte. Des financements qui pourraient bien révéler des choses pas du tout catholiques. Mais de tout cela, tout le monde semble s’en f…

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author