VOL ET FRAUDE SUR L’ÉLECTRICITÉ: La Senelec perd près de 30 milliards Cfa par an

VOL ET FRAUDE SUR L’ÉLECTRICITÉ:  La Senelec perd près de 30 milliards Cfa par an

Les pertes causées à la Senelec par la récurrence des cas de vol et de fraude sur l’électricité sont évaluées à hauteur d’une trentaine de milliards de francs Cfa. Le pactole est l’équivalent de l’enveloppe des bourses de sécurité familiale. L’information a été donnée hier par le Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé.
Vingt-cinq milliards de francs Cfa en termes de vol et cinq milliards de francs Cfa de fraude sur l’électricité. C’est au total le préjudice financier subi chaque année par la Senelec. Ainsi, la société en question a décidé d’engager une vaste campagne de sensibilisation des populations sur les pénalités pécuniaires et les infractions pénales d’emprisonnement. Une délégation de la Senelec était hier dans la commune de Ndiarème Limamoulaye de Guédiawaye, pour lancer la grande offensive contre les voleurs et fraudeurs.

Le Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, a déploré les nombreux cas de vol et de fraude sur le courant. «Les préoccupations sont les mêmes partout. Si nous arrivons à trouver des solutions à Guédiawaye, ce sont ces mêmes solutions qui seront expérimentées ailleurs dans le Sénégal. C’est un partenariat gagnant-gagnant pour la Senelec, qui nous permet de vulgariser notre politique et nos produits. Elle permet aussi aux populations d’être informées et sécurisées par rapport au vol d’électricité et au danger que cela constitue», a soutenu hier le Dg de la Senelec.

«Il faut correctionnaliser le vol et la fraude sur l’électricité»

 

Au-delà de la question de sécurité et du danger, renseigne M. Cissé, «la Senelec subit un préjudice financier de 25 milliards de francs Cfa en termes de vol et 5 milliards de francs Cfa en termes de fiscalité et de fraude. Les fraudeurs agissent en totale insécurité; ils s’exposent et exposent les populations concernées. Donc c’est un fléau qu’il faut combattre. Il faut correctionnaliser le vol et la fraude sur l’électricité et les insérer dans le code pénal. Nous faisons ainsi de la prévention et de la sensibilisation. Il faudrait expliquer aux populations les risques et les dangers relatifs aux vols et fraudes. On a mis en place une brigade de lutte constituée d’anciens gendarmes et de policiers ainsi que d’agents assermentés, qui agissent sur l’ensemble du territoire et permettent de renforcer le dispositif de répression de la Senelec. Le collectif des imams est associé au combat. Il n’y a pas de doute que si la Senelec devait s’adonner à certaines pratiques, les imams seront les premiers à dénoncer ça», a-t-il fait remarquer.

Vieux Pedre Ndiaye

Categories: SENELEC QUOI DE NEUF

About Author