CARICATURE


Ou bien c’est un canular ou bien nos enquêteurs de la brigade de recherches s’ennuient grave. Ou bien encore, c’est la République qui est tombée sur la tête. Une nana aurait été ainsi arrêtée pour avoir publié une photo de notre bien aimé Président en mode caricature. Rien que ça ! A moins que le caricaturiste ait poussé plus long son bout de crayon en croquant négativement le chef jusqu’à le fâcher, lui qui était parti tranquillement souteni des impies qui avaient osé chahuter les croyances de milliards de personnes. Ne pensez surtout pas à la manif «Je suis Charlie» tenue à Paris au lendemain de l’attaque mortelle des locaux de «Charlie Hebdo» ! Il faut dire qu’il y a quelque part un désordre grave dans ce pays et que la dictature n’est plus rampante, mais commence à enserrer les Sénégalais afin de les rendre plus dociles. Nos faits et gestes semblent être épiés par de puissantes machines dignes de celles du roman «1984» de Georges Orwell. La liberté est en berne. C’est le moins que l’on puisse dire. Et pourtant, à une époque pas du tout lointaine et où il y avait moins de libertés que maintenant, Abdou Diouf a été présenté sous toutes les coutures sans que cela n’indispose la République. Que le chef soit si frustré d’une caricature pour faire arrêter une innocente donzelle, c’est à craindre de voir son armée mexicaine brûler le pays après de ce qui sortira des investitures.

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Previous ÉCOLE NATIONALE DE POLICE (ENP): LA RIGUEUR SALUTAIRE DU COMMISSAIRE OUSMANE GUÈYE FACE AUX INDISCIPLINES
Next Le faux jeu