ON EFFACE ET ON RECOMMENCE

ON EFFACE ET ON RECOMMENCE

Les hommes politiques sénégalais ont cette logique bien opportuniste: ils sont prompts à se liguer pour défendre leurs intérêts du moment et faire face à leurs adversaires. Le «Tout sauf Diouf» des années 2000 a été transformé au «tout sauf Wade» en 2012, et est en train d’être mué en «tout sauf Macky». Si la démarche est identique, c’est qu’il est clair que la manière de gérer des pouvoirs respectifs est la même. Des spéculations tous azimuts, une folle débauche d’énergie pour rester au pouvoir en lieu et place d’une politique pour défendre les intérêts des populations… Trop de place au parti, la portion congrue pour la patrie. Et ceux qui occupent l’espace politique  ont cette capacité extraordinaire d’exploiter les errements pour rester éternellement dans le jeu. Difficile de comprendre aujourd’hui les vraies motivations des uns et des autres avec des positions qui changent au gré du vent… Ici plus qu’ailleurs, les choix ont leurs raisons que la raison ignore. Ceux qui ont combattu Diouf se sont liés avec ceux de Diouf pour «terrasser» Wade. Beaucoup de ceux qui ont «chassé» Wade s’unissent aujourd’hui avec lui pour venir à bout de Macky. Si une telle union a eu lieu, c’est que celui-ci n’a pas, à leurs yeux, réussi à opérer les ruptures nécessaires promises. Le peuple qui l’a plébiscité en 2012 risque de se retourner contre lui. Et le pouvoir sera encore entre les mains des mêmes hommes. Éternel recommencement.

Birima (La Tribune)

Categories: LE DOIGT SUR LA PLAIE

About Author