THIERNO ALASSANE SALL: Un homme de poigne et de caractère

THIERNO ALASSANE SALL:  Un homme de poigne et de caractère

Malgré le deuil qui le frappe (il a perdu son père le 12 avril dernier, donc moins de 40 jours), avec les déplacements du Président Macky Sall, du Premier ministre, de la Première Dame… Thierno Alassane Sall n’est plus membre du gouvernement. Il a été démis de ses fonctions après une rude bataille de principe avec ses supérieurs hiérarchiques. C’est que Thierno Sall, comme l’appellent ses intimes, est un homme atypique.

Thierno Alassane Sall n’est plus membre du gouvernement. Il a été démis de ses fonctions, hier, par le chef de l’Etat. Homme de caractère, droit dans ses bottes, inébranlable dans ses fortes convictions, c’est la deuxième fois qu’il est éjecté du gouvernement. Si la première fois, c’est à cause de ses résultats électoraux, cette fois-ci, c’est pour défendre des positions de principe. Thierno Alassane Sall n’est pas homme à se laisser faire.

Parti de rien, il a su se forger d’abord dans le «daara» (école coranique) de son père, ensuite à l’école du blanc. Comme «l’autre», qui se fait appeler pompeusement «bi-docteur» sans rien prouver, le désormais ex-ministre de l’Énergie peut se targuer d’être un «bi-ingénieur». Ingénieur comme son ancien boss, c’est déjà prestigieux, mais «bi-ingénieur» c’est une autre étape. Thierno Sall a en effet un diplôme d’ingénieur en Informatique et un autre en télécommunications. Dans le transport aérien, il a occupé les postes les plus techniques avant d’être représentant de l’Asecna au Sénégal.

Tout le monde est nommé dans le premier gouvernement, sauf lui

 

Il s’est très tôt engagé aux côtés de Macky Sall. Avec d’autres compagnons de la première heure, ce toucouleur racé a bravé poussière, vent, faim et ses supérieurs pour permettre à son mentor d’accéder à la magistrature suprême. Leurs efforts ne seront pas vains.

Malgré ses hautes études et son engagement dès les premières heures de la matinée à l’Apr, quand le Président Macky Sall est arrivé au pouvoir, il n’a pas pensé à le nommer dans le gouvernement. Il était pourtant le coordonnateur des cadres républicains, il avait le cursus scolaire et professionnel le plus élogieux, il avait le Cv le plus impressionnant.

Juin 2014, il est limogé et retourne dans ses bureaux à l’Asecna

 

Mais quelques jours plus tard, Macky Sall le nomme Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp). Atypique, Thierno Alassane Sall demandera que son salaire soit revu à la baisse. Il trouvait en fait indécent qu’un Sénégalais gagne autant (14 millions par mois selon la rumeur) dans un pays exsangue. Quelques mois plus tard, il intègre le gouvernement. Il gère le département des Transports aériens, son domaine. Mais là encore, avant que les gens ne puissent comprendre véritablement ce qui se passe, il quitte pour les infrastructures.

Il perd les élections locales de 2014, Macky Sall le limoge. Tout comme le Premier ministre Aminata Touré, Mor Ngom, Benoît Sambou… Il retourne tranquillement à l’Asecna pendant que Benoît Sambou et Mor Ngom sont recyclés à la Présidence de la République. Aminata Touré, elle, après quelques mois de «flottement», est aussi recyclée à la Présidence.

Il décline le poste de Dg de Senelec

 

Redevenu fonctionnaire à l’Asecna, il mène sa petite vie et fait de manière irrégulière des incursions politiques. Ses camarades de parti tentent de l’éjecter en tant que coordonnateur des cadres républicains. Il ne réagit pas, ne pose aucun acte, mais les comploteurs finissent par échouer. Entre-temps, le fil est renoué avec le Président Sall. Ils se voient souvent, discutent des sujets brûlants du pays, dînent ensemble. Un jour, le chef de l’Etat lui propose le poste de Directeur général de Senelec. Un court temps de réflexion et il décline poliment.

Le Big retour et le surprenant départ

 

Le 22 juin 2015, il revient aux affaires. Il est nommé ministre de l’Énergie et du Développement des Énergies renouvelables. 23 mois plus tard, il est encore limogé pour avoir osé dire «Non». Que va-t-il faire? Quelles vont être ses relations avec Macky Sall? Va-t-il rester à l’Apr? Les prochains jours seront édifiants.

Madou Mbodj (Les Echos)

Categories: PORTRAIT

About Author